Au Bélarus, la police s'est vue accorder davantage de pouvoirs pour réprimer les manifestants, grâce à une loi promulguée lundi par le dirigeant de longue date Alexandre Loukachenko, selon un communiqué publié par son cabinet.
Le nouveau décret permettra aux agents d'utiliser "des équipements de combat et des équipements spéciaux" contre les manifestants. Aucun détail n'a été donné. 

En outre, les forces de sécurité ne seront pas responsables des dommages causés par le "recours à la force physique", tant qu'elles agissent dans le cadre de la loi. 

Les policiers pourront interdire de photographier et de filmer, dans un pays qui fait déjà l'objet de critiques pour son manque de liberté des médias. 

Les forces de sécurité avaient brutalement réprimé les manifestations antigouvernementales massives qui ont suivi les élections du 9 août dernier, au cours desquelles M. Loukachenko a revendiqué la victoire malgré les allégations de fraude électorale.