Dries De Bondt et Gianni Vermeersch (Alpecin-Fenix) ont chacun réussi à obtenir une place d'honneur dans la dixième étape, mais après la course, le sentiment n'était pas excellent dans l'équipe. "Cinq et six, c'est un peu décevant", a déclaré le champion de Belgique.
Tim Merlier n'a pas réussi à s'accrocher dans la dernière montée du jour, lâchant prise à 42 km de l'arrivée à Foligno. Alpecin-Fenix a donc dû changer de stratégie. "BORA-hansgrohe a vraiment poussé fort", a déclaré Dries De Bondt après coup, "c'était vraiment rapide. Tim a dû lâcher prise. Le plan était de rester avec Merlier avec presque toute l'équipe, mais nous voulions aussi garder quelqu'un dans le peloton. C'était Gianni Vermeersch, mais il a eu un problème avec son matériel et a dû s'arrêter. En renfort, je suis resté dans le peloton, donc on avait bien quelqu'un à l'avant."

Ça a marché pour De Bondt. "Et puis nous espérions que les autres pourraient ramener Tim, car nous savions qu'il avait de bonnes chances de victoire s'il était là. Gianni a réussi à revenir devant. Et puis nous avons hésité et attendu les ordres de l'équipe. Devions-nous nous laisser glisser ou non ? Malheureusement, Tim était trop loin derrière et nous avons décidé de jouer la carte de Gianni. Dans la finale, nous nous sommes perdus et dans la dernière ligne droite, il était trop tard pour le lancer. Cinq et six, c'est un peu dommage, car nous aurions pu terminer sur le podium aujourd'hui, peut-être même troisième. C'est un peu décevant à la fin."