Le MR a réclamé lundi, en cette journée internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, la suppression de la discrimination qui vise les HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes) désireux de faire don de leur sang.
"Nous devons nous concentrer sur les comportements à risques plutôt que sur des +groupes à risques+, ces derniers étant stigmatisés", a expliqué le président du parti libéral, Georges-Louis Bouchez, dans un communiqué.

Le MR réclame concrètement la suppression de toute discrimination envers les HSH qui donnent leur sang par la suppression de la période d'abstinence de 12 mois actuellement imposée. 

Jusqu'en 2017, il était interdit aux HSH de donner du sang. Cette interdiction était justifiée par le fait de limiter la propagation du VIH et de réduire le risque de contamination par transfusion sanguine. La loi du 11 août 2017 a mis fin à cette situation sous la pression des libéraux, dont l'ancienne ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld).

Le MR demande au ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), de faire approuver "urgemment" un arrêté royal afin que les règles actuelles soient proportionnelles et conformes aux données scientifiques les plus récentes, a ajouté M. Bouchez.

Selon le MR, la France, le Danemark, l'Autriche et les Pays-Bas ont réduit de douze à quatre mois la période d'abstinence imposée aux HSH sur la base d'"éléments objectifs, scientifiques et indépendants". Le gouvernement britannique l'a réduite à trois mois.