16 : quand Romelu Lukaku délivrait la Belgique au terme d’un match fou contre les Etats-Unis

Dans le cadre de l'Euro 2020 de football, que tout le peuple belge attend comme le tournoi qui nous offrira enfin une victoire en tournoi international (en dehors des JO 1920), Proximus Pickx a épinglé 20 moments importants de l'histoire des Diables Rouges qui nous donnent la chair de poule... dans le bon ou dans le mauvais sens. Rarement un match de la Belgique aura généré autant de stress chez ses supporters. En 2014 au Brésil, les Diables Rouges livraient sans doute l'un des matchs les plus spectaculaires de leur histoire contre les États-Unis.

Les Diables, qui étaient présents à la Coupe du monde pour la première fois depuis 2002, s’étaient extirpés d’un groupe avec l'Algérie, la Russie et la Corée du Sud. Après un 9 sur 9 pas si facile à obtenir, les États-Unis de Jürgen Klinsmann les attendaient en huitième de finale. Le duel sera particulièrement spectaculaire et riche en occasions de but.

Si cela paraît aujourd’hui difficilement concevable, il fut un temps où la révélation Divock Origi était préférée à Romelu Lukaku en équipe nationale. Contre les Américains, les Belges se portent vers l’avant et multiplient les assauts. Mais malgré leurs nombreux tentatives, ils ne parviennent pas à tromper le gardien de but américain Tim Howard, sans doute auteur du match de sa vie. Après 90 minutes, les deux équipes doivent se départager lors des prolongations.

Une montée au jeu décisive

Marc Wilmots décide alors de faire monter Romelu Lukaku pour espérer débloquer la situation. La vitesse et la puissance de l'attaquant forcent l'ouverture lorsque, après une course mémorable, il sert Kevin De Bruyne qui trouve la faille à la 93e minute. Dix minutes plus tard, Lukaku porte le score à 2-0, sur une passe décisive de KDB. Le match était plié.

Mais il était écrit que cette partie devait se terminer dans le stress. A la 107e, un but de Julian Green redonne espoir aux hommes de Jürgen Klinsmann, avant que Jones et Yedlin passent à deux doigts d’arracher une séance de tirs aux buts à laquelle peu de monde aurait survécu.

Le "mur" Tim Howard

Après un match épique, les Diables Rouges validaient leur billet pour les quarts de finale. Les statistiques du match ont de quoi donner le tournis: 39 tirs au but pour les Belges, 17 pour les Etats-Unis et pas moins de 16 arrêts pour Tim Howard. Un record pour le portier américain: aucun gardien n'avait effectué autant d'arrêts lors d'une Coupe du monde au cours des 50 dernières années.

En quart de finale, l'Argentine de Lionel Messi se dressait sur la route des Belges. Les Diables éprouvèrent beaucoup de difficultés contre cette équipe très bien organisée. Gonzalo Higuain inscrivit le seul but du match et les Belges durent rentrer au pays, non sans les félicitations et remerciements des supporters belges, qui n'avaient plus autant vibré lors d'une compétition internationale depuis bien longtemps.




Toujours plus d'articles "battements de coeur" ?

- 17 : Erwin Vandenbergh surprend l’Argentine au Mondial 1982
- 18 : quand Romelu Lukaku envoie la Belgique au Brésil
- 19 : le jour où Maradona brisa le rêve mondial belge
- 20 : Saeed Al-Owairan réduit en miettes les Diables Rouges à la manière de Maradona au Mondial 94

Info

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top