L'administration Biden a approuvé des ventes d'armes pour plus de 700 millions de dollars à Israël, affirme le Washington Post dans son édition de lundi, s'appuyant sur des confidences de trois proches du dossier.
Cela concerne la vente par Boeing d'armes à guidage de précision pour un montant de 735 millions de dollars.

Le Congrès a été officiellement informé le 5 mai, cinq jours avant le début des hostilités entre Israël et l'organisation islamiste Hamas à Gaza.

Selon le Washington Post, certains membres démocrates de la Chambre des représentants ont haussé les sourcils, alors qu'une majorité au Congrès avait précédemment soutenu l'idée qu'Israël a le droit de se défendre contre le Hamas. Ces députés auparavant critiques veulent maintenant en savoir plus sur la vente et son calendrier.

"Au cours de la semaine écoulée, les frappes de l'armée israélienne ont tué de nombreux civils et détruit le bâtiment qui abritait (l'agence de presse américaine) Associated Press, qui rendait compte des faits à Gaza", a souligné un législateur démocrate de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants auprès du Washington Post. "Permettre à cette proposition de vente de bombes intelligentes de se réaliser sans faire pression sur Israël pour qu'il accepte un cessez-le-feu ne fera que se traduire par un nouveau carnage."

Les députés ont 15 jours après la notification officielle au Congrès pour s'opposer à une telle vente via une résolution non contraignante, a indiqué le journal.