Singapour et Taïwan, deux îles jusqu'à présent très peu touchées par la pandémie de Covid-19, ont annoncé la fermeture des écoles après une hausse du nombre de contaminations locales.
Singapour a décidé de fermer les écoles du primaire au secondaire, à partir de mercredi jusqu'à la fin du mois de mai.

Le ministre singapourien de la Santé Ong Ye Kung, citant une conversation avec le directeur des services médicaux de son ministère Kenneth Mak, a souligné que le variant B.1.617, détecté en Inde pour la première fois, "semblait affecter plus les enfants".

"Certaines des mutations sont plus virulentes et elles semblent attaquer des enfants plus jeunes", a relevé le ministre de l'Education Chan Chun Sing.

Le gouvernement "est en train d'élaborer un plan" pour vacciner les élèves de moins de 16 ans, a-t-il indiqué sur Facebook.

Singapour a détecté 38 nouveaux cas de contaminations locales dimanche, le chiffre le plus élevé sur un jour depuis huit mois dans la cité-Etat, et 21 autres cas lundi.

Taïwan va aussi fermer des écoles dans sa capitale pour tenter de juguler une vague de contaminations et a fermé ses frontières à tous les étrangers pour un mois, sauf aux résidents.

Les cours sont suspendus à Taipei, la capitale, et dans la ville voisine Nouveau Taipei, jusqu'au 28 mai. Le territoire, relativement épargné jusqu'à présent, a détecté 333 nouveaux cas lundi, portant le total à plus de 2.000 depuis le début de la pandémie

Singapour, qui compte 5,7 millions d'habitants, n'a enregistré que quelque 61.000 cas de contamination au coronavirus depuis le début de la pandémie et 31 morts.

Devant la recrudescence des cas, la cité-Etat d'Asie du Sud-Est a imposé de nouvelles restrictions à ses habitants qui ne peuvent pas se rassembler à plus de deux personnes.

Singapour va aussi devoir à nouveau repousser son projet de "bulle" aérienne avec Hong Kong qui devait être lancé le 26 mai. 

Un porte-parole du gouvernement hongkongais a confirmé qu'"au regard de l'évolution récente de l'épidémie de Covid-19 à Singapour", les deux gouvernements avaient décidé de retarder leur initiative. Début décembre, les deux centres financiers avaient déjà reporté ce projet en raison d'une quatrième vague épidémique à Hong Kong.