L'armée israélienne a bombardé sans relâche dimanche la bande de Gaza, tuant 33 Palestiniens dont des enfants selon le ministère local de la Santé, et ciblant la maison d'un dirigeant du Hamas, au septième jour d'un conflit d'une "intensité jamais vue" selon la Croix-Rouge internationale.
Les groupes armés palestiniens, dont le Hamas au pouvoir à Gaza, ont eux tiré plus de 3.000 roquettes vers Israël depuis le début, le 10 mai, de ce nouveau cycle de violences, selon l'armée israélienne qui souligne qu'une grande partie de ces roquettes a été interceptée. Il s'agit du rythme le plus élevé de roquettes tirées sur Israël, selon l'armée.

Les nouveaux bombardements surviennent à quelques heures d'une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu, dont les membres ont été appelés par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) "à exercer le maximum d'influence pour mettre fin aux hostilités entre Gaza et Israël", après des tergiversations des États-Unis qui ont refusé que cette réunion se tienne vendredi pour donner la priorité à la diplomatie. Depuis lundi, les États-Unis, alliés historiques d'Israël, ont accepté deux visioconférences à huis clos et en urgence sur le conflit israélo-palestinien mais refusé deux déclarations communes appelant à un arrêt des hostilités, en les jugeant "contreproductives" à ce stade.

Le pape François a pour sa part mis en garde dimanche, depuis le Vatican, contre la "spirale de la mort et de destruction", jugeant "terrible et inacceptable" la perte de vies innocentes.

Franchissant un nouveau palier dans sa guerre contre le Hamas, son ennemi juré, l'armée israélienne a annoncé sur Twitter avoir "attaqué le domicile de Yahya Sinouar et de son frère, un militant terroriste", publiant une vidéo montrant une maison pulvérisée dans un nuage de poussière. Mais on ignorait dans l'immédiat le sort de ce chef du bureau politique du Hamas à Gaza.

Depuis les premières heures de dimanche, 33 Palestiniens dont 8 enfants ont été tués dans des bombardements israéliens dans Gaza, une enclave pauvre de deux millions d'habitants sous blocus israélien depuis près de 15 ans. Les huit enfants sont morts dans les bombardements d'un quartier de la ville de Gaza, d'après le ministère de la Santé.

Depuis le 10 mai, 181 Palestiniens ont été tués, dont 52 enfants et 1.225 ont été blessés, selon un dernier bilan palestinien. En Israël, dix personnes ont été tuées dont un enfant, et 282 blessées, dans les tirs de roquettes palestiniennes depuis lundi.