Le Kazakhstan a annoncé vendredi qu'environ 350 antilopes saïga, menacées de disparition et emblématiques de ce pays d'Asie centrale, ont été retrouvées mortes dans la steppe, probablement tuées par la foudre.
Ce drame a eu lieu pendant la saison de mise à bas des saïgas, animal classé en danger critique d'extinction par l'ONG World Wildlife Fund (WWF).

Selon le ministère kazakh de l'Ecologie, la foudre est probablement à l'origine du drame "car il y a des traces d'impacts de foudre sur leurs carcasses".

Reconnaissables à leurs cornes torsadées et à leur long museau arrondi, comme une petite trompe, les saïgas ont frôlé plusieurs fois l'extinction. Leur origine remonte à la dernière période glaciaire.

À l'époque soviétique, ces bovidés bénéficiaient d'une protection renforcée avec une interdiction totale de leur chasse, puis des quotas de chasse très stricts à partir des années 1950. Leur population a alors atteint plus de deux millions d'individus.

L'indépendance du Kazakhstan, en 1991, a été suivie d'une explosion du braconnage des antilopes saïga, les menaçant une nouvelle fois de disparition.

Aujourd'hui, environ 50.000 antilopes sont recensées, dont près de 90% vivent au Kazakhstan. Or la médecine traditionnelle de la Chine, voisine de ce pays, utilise les cornes de saïgas mâles, nourrissant un trafic juteux et dévastateur.