Après un week-end copieux, le Tour d’Italie entre dans sa deuxième semaine ce lundi. Mercredi, la très attendue 11e étape emmènera le peloton sur les routes blanches de Toscane, où les favoris devront redoubler de prudence afin d'éviter les pièges.
Au lendemain d’une deuxième arrivée au sommet consécutive à Campo Felice, le peloton du Giro se voit offrir une journée de relatif répit ce lundi. Au programme, une courte étape légèrement vallonnée qui pourrait sourire aux attaquants. A moins que les sprinteurs ne saisissent l’une de leurs (déjà) dernières opportunités de ce Tour d’Italie. Ils devront, pour ce faire, survivre au Valico della Somma (6,7 km à 5%), situé à 40 kilomètres du but.

Du spectacle attendu en Toscane

Après avoir rechargé leurs batteries lors de la première journée de repos, les coureurs s’élanceront mercredi de Pérouse pour l’une des étapes les plus attendues de l’épreuve. La 11e étape verra en effet le peloton partir à l’assaut des célèbres Strade Bianche, où se dispute chaque année en mars la classique du même nom.

Avec plus de 2.500 mètres de dénivelé positif et 35 kilomètres de routes blanches dans les 70 dernières bornes, l’étape longue de 162 kilomètres promet d’être usante et piégeuse. Raison pour laquelle Remco Evenepoel s’était empressé de la reconnaître dès son arrivée en Italie. Pour les candidats à la victoire finale, il s’agira en effet d’éviter les mauvaises surprises en restant bien placés aux endroits clés pour rejoindre Montalcino sans pépin. Si la météo s'en mêle, cette étape pourrait occasionner de sérieux dégâts.

Dernier sprint royal à Vérone?

Le reste de la semaine sera placé sous le signe de la moyenne montagne et de la plaine. Jeudi, une journée difficile attend les coureurs dans les Apennins. La 12e étape reliant Sienne à Bagno di Romagna proposera plusieurs cols assez roulants. Le sommet du dernier, le Passo del Carnaio, est situé à 10 kilomètres de l‘arrivée. Au lendemain d’une journée nerveuse et éprouvante sur les routes blanches, les cadors pourraient se neutraliser et laisser un groupe d’attaquants motivés se disputer la victoire.

Enfin, l’étape ultra-plate de vendredi promet un sprint royal dans les rues de Vérone. Avec une dernière ligne droite longue de plus de trois kilomètres, les Tim Merlier, Giacomo Nizzolo, Elia Viviani, Peter Sagan et consorts comptent bien ne pas louper cette occasion en or. Pour les coureurs visant le classement général, Egan Bernal et Remco Evenepoel en tête, ce sera l’occasion de faire tourner les jambes avant le menu copieux du week-end.

Le Tour d'Italie 2021 est à suivre tous les jours en direct sur Eurosport.