17 : Erwin Vandenbergh surprend l’Argentine au Mondial 1982

Dans le cadre de l'Euro 2020 de football, que tout le peuple belge attend comme le tournoi qui nous offrira enfin une victoire en tournoi international (en dehors des JO 1920), Proximus Pickx a épinglé 20 moments importants de l'histoire des Diables Rouges qui nous donnent la chair de poule... dans le bon ou dans le mauvais sens. En 1982, les Diables Rouges ont surpris tout le monde en battant l’Argentine lors du match d'ouverture de la Coupe du monde. L’unique but du match fut l’oeuvre d’Erwin Vandenbergh. 

Après une absence de douze ans, les Diables Rouges ont retrouvé la Coupe du Monde en 1982. Les Belges, qui avaient atteint la finale de l’Euro 1980, affrontait l'Argentine en match d'ouverture de ce Mondial disputé en Espagne. Coriace adversaire pour les hommes de Guy Thys, surtout quand on sait que les Argentins avait ajouté une nouvelle superstar à leur noyau: Diego Maradona.

"Nous n'avions pas grand-chose à perdre dans ce match", a déclaré l'ancien attaquant Erwin Vandenbergh. "Chaque point gagné était bon à prendre. Inconsciemment, l’idée était que nous étions plus faibles que les Argentins et que nous aurions beaucoup de difficultés." Pourtant, les Belges appréciaient bien cette position d’outsider, ce qui s’est confirmé pendant le match.

Un manque de respect

Vandenbergh avait disputé sept matches de qualification pour la Coupe du monde, au cours desquels il a trouvé le chemin des filets à cinq reprises. Et une fois de plus, le natif de Ramsel, près d’Anvers, a montré qu'il avait le flair pour marquer des buts. Lors du légendaire match d'ouverture contre l'Argentine, Vandenbergh a marqué l’unique goal de la rencontre, sur un assist de Frank Vercauteren. Ce sera aussi son seul but du tournoi.

La victoire fut d'autant plus jouissive que les champions du monde en titre s’étaient montrés méprisants envers les Belges. "Les Argentins semblaient tellement détendus quand nous étions dans le tunnel", se souvient Vandenbergh. "Ils nous regardaient littéralement comme des merdes", enchérit l'ex-international Luc Millecamps. Une attitude qui a eu le don de motiver les Diables Rouges. 

Pas de peinture de Dali

"Cette victoire fut un bonus auquel nous ne nous attendions", raconte Vandenbergh. "Et nous n'avions aucune idée de l’impact que cela a eu en Belgique. Ce n'est qu'après, quand je suis rentré à la maison et que j'ai entendu les histoires, que j'ai compris". 

Le but d'Erwin Vandenbergh était le premier but belge dans un match d'ouverture depuis 1962. "Il était prévu que l’auteur du premier but du tournoi reçoive une toile de Salvador Dali. Je n’ai jamais vu ce tableau. S’il le buteur avait été argentin, peut-être l’aurait-il reçu", commente l’intéressé.

Ce goal victorieux est entré dans l'histoire comme l'un des plus célèbres jamais marqués par les Diables Rouges. Il montrait également que personne n’était invincible, même les champions du monde, et qu’il ne fallait jamais sous-estimer les "petits" Belges. Malheureusement, le reste du tournoi fut moins glorieux pour notre équipe nationale. La Belgique s’est classée première de sa poule, mais a été éliminée au tour suivant.



Toujours plus d'articles "battements de coeur" ?

- 18 : quand Romelu Lukaku envoie la Belgique au Brésil
- 19 : le jour où Maradona brisa le rêve mondial belge
- 20 : Saeed Al-Owairan réduit en miettes les Diables Rouges à la manière de Maradona au Mondial 94

Euro 2020

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top