Le saviez-vous? ‘Pretty Woman’ devait avoir une fin triste à la base

Si le film culte apparaît comme un conte de fées moderne, ce n’est pas ce qui était prévu au départ. Le scénario initial donnait en effet une fin plus tragique à l’idylle entre Julia Roberts et Richard Gere. Enquête au coeur de la machine hollywoodienne.

Sorti en 1990, ‘Pretty Woman’ est un véritable phénomène. Le film a fait un carton au box office et reste, trente ans plus tard, un film culte qui traverse les générations. Mais ce conte de fées moderne aurait-il autant séduit le public s’il ne se terminait pas sur une fin heureuse? 

À la base, l’histoire écrite par J. F. Lawton était en effet bien plus sombre. Dans les années 1980, ce scénariste américain tente vainement de se faire une place à Hollywood. Mais ses comédies et autres films de ninjas n’intéressent pas les producteurs. Il se met en tête d’écrire un scénario plus sérieux et réaliste. 

Lawton a deux sources d’inspiration. D'abord, son quotidien: dans son quartier de Hollywood, il voit régulièrement des jeunes filles venues chercher le succès finir par faire le trottoir pour survivre. Ensuite, le film ‘Wall Street’ vient de sortir au cinéma, mettant en lumière les dérives du monde de la finance. Lawton a alors l’idée de confronter ces deux univers que tout oppose.

Une fin pessimiste

Il écrit alors ‘3 000’, l’histoire d’une aventure entre une jeune prostituée et un riche homme d’affaires. La trame principale de ‘Pretty Woman’ est donc déjà présente, et certaines scènes du futur film figurent déjà dans le scénario, comme le rendez-vous à l’opéra ou les séquences de shopping. Les personnages sont également les mêmes, puisqu’on retrouve Vivian, Edward ou Kit, la meilleure amie de Vivian.

La grosse différence réside dans le fait que ‘3 000’ se termine mal, puisque Vivian et Edward ne finissent pas ensemble. Dans la dernière scène du film, Vivian et Kit partent à Disneyland avec l’argent d’Edward. Et l’histoire se finit là. 

Ce scénario était validé par les producteurs, puis par les studios Disney, qui en ont racheté les droits. La firme aux grandes oreilles était justement à la recherche de projets plus sérieux. Et elle a convaincu le réalisateur Garry Marshall de travailler avec elle sur ‘3 000’.

Un scénario remodelé

Bien entendu, Disney et Marshall ont quelque peu retravaillé le scénario de base. D’abord avec l’aide de Lawton, puis sans. Le script de ‘Pretty Woman’ est passé entre plusieurs mains, et en est ressorti avec un dénouement heureux.

C’est également le choix des acteurs qui a influencé l’histoire. L’alchimie entre Julia Roberts et Richard Gere était telle que les producteurs n’imaginaient pas le film se finir mal. "Ils avaient aussi auditionné Al Pacino et Michelle Pfeiffer. Le film aurait certainement différent avec eux deux. Il aurait été plus proche du scénario original et n'aurait sans doute pas eu une fin heureuse", estimait Lawton dans les colonnes de Vanity Fair.

Garry Marshall n’a jamais caché non plus son envie de faire de ‘Pretty Woman’ une sorte de conte de fées. De l'avis de Lawton, le scénario final est donc le fruit d’un travail collectif, impliquant également la productrice Laura Ziskin (qui est à l’origine de la phrase de fin: "Et elle le sauve à son tour"). Cependant, c’est bien Lawton qui est crédité comme le seul scénariste.

Il n’en voudra d'ailleurs absolument pas à Disney et Marshall d’avoir modifié son récit initial, et on le comprend. Difficile d’avoir de la rancoeur étant donné le succès du film, qui a rapporté plus de 400 millions de dollars dans le monde. En outre, Lawton sera nominé aux Writers Guild of America Award et aux BAFTA pour son scénario. Un triomphe qu'il n'aurait sans doute pas eu sans une fin heureuse. 

Découvrez 'Pretty Woman' sur Disney+, disponible dans l'option TV 'All Stars' ou 'All Stars & Sports' de Proximus Pickx qui donnent accès au service de streaming sans frais supplémentaires pendant un an. Les conditions générales de Disney+ s'appliquent. Rendez-vous sur notre site pour avoir plus d'infos sur cette option TV.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top