L'actrice a déclaré ce week-end avoir été confrontée à des questions et remarques sexistes lors de conférences de presse avec les membres de la HFPA, Hollywood Foreign Press Association, un groupe de journalistes dont les méthodes sont ouvertement dénoncées. Scarlett Johansson s'est jointe aux appels de l'industrie à boycotter les événements organisés par ces responsables.
"On attend des acteurs en pleine promotion d'un film qu'il assiste aux conférences de presse ainsi qu'aux remises de prix. Dans le passé, cela a souvent signifié être confronté à des questions et remarques sexistes de la part de certains membres de la HFPA, à la limite du harcèlement sexuel. C'est exactement la raison pour laquelle j'ai refusé, pendant de nombreuses années, de participer à leurs conférences."

D'autres artistes ont pris leurs distances, comme l'acteur Marc Ruffalo et Ted Sarandos, à la tête de Netflix. Elle plaide aujourd'hui pour une réforme au sein même de l'organisation.

L'association a admis en février dernier qu'il n'y a pas un seul journaliste noir dans leur liste actuelle de 87 membres. Les responsables ont promis de passer à au moins 100 membres d'ici 2022, en s'engageant à ce qu'au moins 13 journalistes noirs soient ajoutés au groupe.