"Je suis très déçu que nous soyons rétrogradés. Ce fut une nuit courte avec peu sommeil. Je me sens triste mais à partir de demain, nous nous remettrons au travail sans tarder". Roger Stilz, le directeur sportif de Waasland-Beveren, relégué en division 1B après sa défaite la veille face à Seraing (2-5) en barrage retour, avait la tête des mauvais jours dimanche lors d'un point presse à Beveren assurant cependant que les propriétaires du club, Bolt Football Holdings, maintenaient leur confiance.
C'est en effet la fin d'une période pour le club issu d'une fusion en mai 2010, entre le Red Star Waasland et le SK Beveren, sacré deux fois champion de Belgique en 1979 et 1984 et vainqueur de deux Coupes de Belgique, en 1978 et 1983, s'offrant quelques belles joutes en Coupe d'Europe. Jean-Marie Pfaff, Jean Janssens, Freddy Buyl, Marc Baecke, Erwin Albert, Heinz Schönberger, Paul Vangenechten, Wim Hofkens, Albert Cluytens, Filip De Wilde, Ronny Martens, Wilfried Van Moer ou Eddy Jaspers sont quelques-uns des joueurs les plus connus ayant transité par Beveren.

En 1990, le SK Beveren a cependant connu la relégation, après 17 saisons au sein de l'élite. Johan Boskamp avait réussi à faire remonter le club un an plus tard. Mais en raison de problèmes financiers, une nouvelle période a suivi pour Beveren avec le Français Jean-Marc Guillou comme directeur sportif et la venue de nombreux joueurs ivoiriens comme Eboué, Gervinho, Touré et Boka.

Une seconde relégation à l'issue de la saison 2006-2007 accentuait le malaise et l'équipe descendait même en D3 en 2010.

Après la fusion, Waasland-Beveren est remonté en 2012 en division 1, mais les problèmes ne s'arrêtaient pas avec l'affaire des matches truqués venant ternir l'image du club, même si le club a été acquitté dans le dossier malinois. Dix-septième de Jupiler Pro League cette saison, Waasland-Beveren devait passer par un barrage, qu'il a donc perdu contre Seraing. L'avenir est fait de points d'interrogations, mais Roger Silz reste cependant confiant.

"L'objectif est de construire une bonne équipe la saison prochaine, mais nous allons voir comment. On sait que l'on joue très différemment en division deux. Waasland-Beveren est en bonne santé financière. Cette relégation n'est pas la fin du club. Je ne le décrirais pas non plus comme un nouveau départ. Il faut analyser tout cela. Sans précipitation. Je ne vais pas faire de grandes déclarations. Il y a encore beaucoup de travail", a ajouté Roger Silz. "Nous avons un noyau très large. Je crois en cette équipe. Nous allons également rapprocher les U21 de l'équipe fanion. Les jeunes joueurs auront des occasions. Mais ils doivent aussi le mériter. Nous n'allons pas faire de cadeaux. Pour ce qui est du budget, cela ne relève pas de ma compétence. Il faut voir si tous les partenaires vont rester déjà".