C'était il y a dix ans jour pour jour, le 9 mai 2011. C'était un de ces jours noirs comme l'encre du destin que n'oublieront jamais la petite famille Weylandt et la grande famille du cyclisme. Ce jour là, sur la troisième étape du Giro, Wouter Weylandt perdait tragiquement la vie à 26 ans.
 
C'est dans la descente du Passo del Bocco que la pédale du vélo de Wouter Weylandt, alors coureur de la formation Leopard-Trek, heurte un muret, à grande vitesse. La chute est inévitable, la glissade sur l'asphalte interminable, les images insoutenables. Wouter Weylandt meurt sur le coup, victime d'une fracture du crâne. Il a 26 ans à peine.

Etape neutralisée
 
Le lendemain, l'étape est neutralisée pour honorer la mémoire du disparu. Ses huit équipiers de Leopard-Trek (Davide Vigano, Thomas Rohregger, Oliver Zaugg, Fabian Wegmann, Bruno Pires, Tom Stamsnijder et Brice Feuillu) roulent en tête d'un peloton qui reste groupé pendant toute l'étape, jusqu'à la ligne d'arrivée. Tyler Farrar l'ami intime et camarade d'entraînement du défunt est dévasté, en première ligne. Le soir-même, l'équipe décide de se retirer de ce maudit Giro 2011.
 
Lors des saisons qui ont précédé ce funeste accident, Wouter Weylandt s'est construit un palmarès appréciable: dès 2005 et ses débuts chez les pros, le jeune et talentueux sprinter gantois  remporte le Grand Prix Briek Schotte à Desselgem. En 2007 , il gagne des étapes du Tour de Belgique et de l'Eneco Tour. L'année suivante, il s'adjuge la Nokere Koerse et une étape du Tour d'Espagne, à Valladolid.

2009, année noire
 
L'année 2009 débute d'une façon dramatique: en février, Wouter Weylandt perd son grand ami Frederiek Nolf, qui meurt dans son lit pendant le Tour du Qatar. En mars, Kurt Hovelijnck, un autre ami de Weylandt  chute et se fracture le crâne pendant une sortie d'entraînement en sa compagnie. Weylandt puise dans ces incidents la force de remporter Grand Prix Samyn 2009 avant de se classez 11e de Paris-Roubaix. 
 
En 2010, Weylandt remporte une étape du Giro, à Middelburg, aux Pays-Bas. A la fin de la saison, il quitte Quick.Step pour rejoindre Leopard Trek , une équipe où il espère briller sur les classiques flamandes dans l'ombre protectrice de Fabian Cancellara. Mais il doit se contenter d'une 13e place au Circuit Het Nieuwsblad et d'une modeste 15e place à Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Il chute ensuite au Grand Prix de l'Escaut et doit reporter ses ambitions sur le Giro. Un Giro qui s'achèvera tragiquement dès la troisième étape.

Emotion
 
Le 18 mai, le corps de Wouter Weylandt, rapatrié en Belgique, est inhumé à Gand. L'église Saint-Pierre est bien trop petite pour accueillir le peloton des champions qui sont venus l'accompagner pour son dernier voyage. Johan Museeuw, Peter Van Petegem, Tyler Farrar, Fabian Cancellara, Tom Boonen, Stijn Devolder ou Robbie McEwen ont rejoint la famille et la foule des anonymes. L'émotion est immense.
 
En septembre 2011 naît la fille de Wouter, Alizée, conçue avant son décès accidentel. Aujourd'hui encore, de nombreux coureurs honorent la mémoire du disparu. Lors du Giro 2013, deux ans jour pour jour après l'accident, Mark Cavendish qui vient de remporter la sixième étape, monte sur le podium et brandit le numéro 108, le dossard porté par Weylandt le jour de sa mort. Pour lui rendre hommage, les organisateurs du Tour d'Italie décident de ne plus jamais attribuer le dossard 108. Depuis, le vélo d'Iljo Keisse, un autre ami de Weylandt, porte un discret autocollant avec un drapeau italien et le numéro 108.
 
Mais le nom de Weylandt n'a pas totalement disparu du peloton. Sa soeur, Elke, est aujourd'hui Operations Manager au sein de l'équipe Trek-Segafredo, qui a succédé à la formation Leopard-Trek. Et l'équipe n'a jamais oublié ce tragique jour de mai 2011 et la perte d'un des siens: "Le bus de l'équipe est toujours flanqué d'un WW108. Le dossard 108 ne sera plus jamais attribué au Giro. Ces geste ne sont pas nécessaires, mais je les apprécie: ils montrent à quel point 'Wouter était aimé.", explique-t-elle dans SportFoot Magazine.

Son frère, disparu il y a dix ans, est toujours bien vivant...

Video: l'hommage bouleversant du peloton le lendemain du décès tragique de Wouter Weylandt