Aujourd’hui marque le coup d’envoi du Mid-Season Invitational 2021, compétition d’entre-saison organisée entre les différents champions des ligues majeures du jeu League of Legends par l’éditeur du jeu Riot Games. Si l’édition 2021 sera unique à bien des égards, on vous dit tout sur cet évènement, longuement attendu de la communauté.

 

Le format

Comme pour chaque édition, les différents champions des ligues majeures du MMO de Riot Games seront rassemblés en différents groupes. Dans le groupe A, réduit à trois équipes suite au retrait de la compétition des GAM Esports, champions de la ligue vietnamienne, chaque structure jouera quatre fois face à ses adversaires. Dans les groupes B & C, c’est dans le format classique de double ronde que les différentes équipes joueront. Au terme de cette phase de groupes, seules les deux meilleurs formations de chaque groupe se qualifieront pour la deuxième phase.

Cette deuxième phase se jouera sous le format de rumble. Placés dans le même groupe, les qualifiés affronteront tour à tour tous leurs adversaires deux fois! Des six équipes engagées, il n’en restera à la fin que quatre, qui accéderont directement aux demi-finales. Les rencontres, jusqu’alors disputées au cours d’une seule et même manche, se déclineront alors en Best-of 5, un format classique pour des matchs de cette importance.

Les groupes

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y aura du beau monde lors de cette édition 2021 du Mid-Season Invitational. Une fois de plus, et comme chaque année, c’est en effet le gratin de la scène mondiale qui s’est donné rendez-vous, avec parfois quelques surprises. Certaines absences sont en effet à souligner, comme celle des FunPlus Phoenix. Les Chinois, champions du monde en 2019, chutaient en effet sur le score de 3-1 face aux joueurs de Royal Never Give Up lors de la grande finale du Spring Split de LPL qui se tenait ce 18 avril.

Autre absence remarquée, celle de Fnatic ou G2 Esports. Si les premiers ont clairement effectué leur plus mauvaise prestation depuis plusieurs saisons, les deuxièmes étaient cependant considérés comme faisant partie des favoris de ce split. Certains observateurs qualifiaient d’ailleurs l’équipe de “Super-team européenne” capable de rendre au vieux continent ses lettres de noblesse. Au final, il n’en fut rien. Sortis par les Rogue en demi-finale de LEC, les G2 Esports seront absents de cette édition.

Autre absents de la compétition, bien malgré eux : les GAM Esports. En effet, les champions du VCS, le championnat vietnamien, se voient une année de plus privés de MSI. En cause? Les différentes restrictions de voyage qui s’abattent encore sur le continent asiatique, et plus particulièrement sur le Vietnam.

Groupe A (RNG, Unicorns of Love, Pentanet.GG)

Réduit à trois équipes suite à l’annulation de la venue des GAM Esports, ce premier groupe subira, comme on vous le disait, un format un peu différent afin de garantir un minimum de matchs aux différentes équipes qui feront le déplacement. On y retrouve, notamment les Royal Never Give Up, champions de LPL, mais aussi les Unicorns of Love (LCL) et les Pentanet.GG (LCO).

Si la première place semble bien évidemment revenir à ceux qui ont réussir à faire tomber les anciens champions du monde, le mystère plane encore sur le destin du reste de ce groupe, où seule une équipe ne se qualifiera pas. De quoi faire monter un peu plus la pression qui pèse sur les épaules des joueurs.

Soyons clairs, Unicorns of Love et les Pentanet.GG disposent tous les deux des armes pour accrocher une deuxième place. D’un côté, une équipe évoluant dans le championnat russe, et qui ne fait que le survoler depuis maintenant une saison entière. En effet, l’équipe, autrefois en LCS EU, a tout simplement remporté la totalité des splits depuis son intégration dans le championnat russe, trébuchant parfois sur une deuxième place de saison régulière mais en s’assurant de ramener le trophée au terme des phases de play-offs. De l’autre côté, une équipe des Pentanet.GG qui ne cesse de performer, même après un mercato qui aura amené pas moins de deux nouveaux joueurs au sein du roster.

Groupe B (MAD Lions, Istanbul Wild Cats, paiN Gaming, PSG Talon)

Voilà un groupe qui s’annonce indécis, en tout cas au regard des différentes statistiques qui s’offrent à nous. Parmi la liste, au moins un nom que vous reconnaitrez : les MAD Lions. Véritable équipe de rookies ayant débarqué au printemps 2020 en LEC, l’équipe est devenue, en l’espace d’une saison et demi, le visage de cette nouvelle partie de la scène League of Legends, dont le turn-over s’accélère depuis plusieurs mois. Partis des European Masters, l’équipe n’a pas cessé d’impressionner depuis, s’autorisant même une apparition lors du play-in des mondiaux 2020 et un titre printanier qui leur offrait au passage ce spot au MSI.

A leurs côtés, on retrouve notamment les paiN Gaming. Champions de la ligue brésilienne lors de ce segment printanier, les paiN étaient pourtant bien mal embarqués dans la course au titre. Classés 5ème de la ligue avec un score de 11 victoire pour 7 défaites, les paIn Gaming avaient tout à refaire lors de l’arbre des play-offs, où ils se sont successivement imposés face à Loud, Flamengo Esports, les 1ers de saison régulière, et Vorax, jusqu’à atteindre le titre et leur première compétition internationale depuis les Worlds 2015.

Ces deux équipes sont rejointes par les Istanbul Wildcats, une équipe de la ligue turque apparue en 2019 et qui flirte depuis avec les titres domestiques, alternant premières et deuxièmes places au classement final. La dernière venue de ce groupe B, c’est l’équipe du PSG Talon. Vous les connaissez peut-être suite à leur apparition lors des derniers Worlds de League of Legends. Malheureusement pour eux, le roster devra encore une fois subir des adaptations en vue de la compétition. On est ici loin des histoires de visa qui avaient embarassé la structure lors des derniers mondiaux car c’est bien la santé du midlaner Unified, souffrant depuis plusieurs mois d’un pneumothorax, qui est ici en cause.

Groupe C (Cloud9, DetonatioN FocusMe, DWG KIA, Infinity Esports)

Dernier groupe de la compétition, et non des moindres! Effectivement, on ne retrouve ni plus ni moins dans ce dernier que les champions du monde en titre : les DWG KIA (anciennement Damwon Gaming). Les jeunes champions ont continué sur leur lancée destructrice, s’adjugeant de pas moins de 16 victoires pour seulement 2 défaites. Dans l’une des ligues dominantes sur ce globe, on peut tout simplement parler ici d’exploit.

Et la concurrence sera rude dans ce groupe, avec la présence de Cloud9, nouvelle maison du midlaner superstar Luca “Perkz” Perkovic. Une nouvelle structure pour le jeune joueur qui aura d’ailleurs vite pris ses marques, jusqu’à mener l’équipe vers un quatrième titre LCS.

Pour représenter la ligue japonaise, nous accueillerons cette année les Detonation FocusMe. Une équipe relativement inconnue du grand public, et pourtant. Au pays du soleil levant, c’est minimum un split par année que l’équipe s’est offerte, et ce depuis 2014! Un exploit de longévité pour une structure dans un écosystème comme celui de League of Legends, où installer une réelle dynastie devient de plus en plus compliqué.

Les Infinity Esports, champions d’Amérique Latine, viennent compléter ce groupe, dont les sud-coréens devraient facilement ressortir victorieux

Un évènement spécial

Le retour de cette compétition de mi-saison est historique à plus des égards. Tout d’abord, il faut souligner que la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 nous avait privé de MSI lors de la saison 2020. Le retour de l’évènement, qui plus est en présentiel, ravit dès lors toute la communauté qui attendait le retour des évènements internationaux avec impatience.

Pour la première fois de son histoire, le Mid-Season Invitational prendra ses quartiers en Islande, et plus précisément à Reykjavik,. Riot Games frappe fort pour le coup, en organisant sa première compétition internationale en présentiel sur League of Legends depuis la crise sanitaire, mais dans le même temps en donnant un réel coup d’envoi physique au Valorant Champions Tour, bloqué dans un format en ligne depuis leur lancement.

Petite nouveauté de plus, cette année, la compétition verra concourir une e-sportive parmi toutes les équipes. En effet, Pentanet.GG a officialisé il y a peu le roster qui concourra dans le tournoi. Et (heureuse) surprise, parmi les joueurs se cache Diana «DSN» Nguyen, la première femme à participer à la compétition de Riot Games! Bien qu’il reste très faible, on espère voir leur nombre augmenter au cours des années à venir.

On se donne donc rendez-vous, dès cette après-midi, pour le début de la compétition!

Copyright visuel : Riot Games