Ce samedi, le Tour d’Italie 2021 prendra son envol de Turin avec un contre-la-montre individuel. Le 30 mai à Milan, après 3.479,9 kilomètres pour 47.000 m de dénivelé, nous connaitrons le nom du successeur du Britannique Tao Geoghegan Hart. Et si c’était Remco Evenepoel?

Il est là, le premier grand tour de la saison cycliste. Le Giro ne connait pas l’engouement médiatique ni populaire du Tour de France, mais il est sans doute le plus difficile et spectaculaire tour de 3 semaines. La preuve encore avec ce Tour d'Italie qui célèbre ainsi le 160e anniversaire de l'Unité de l'Italie et les 90 ans du maillot rose, porté pour la première fois en 1931 par Learco Guerra. 'Maglia Rosa' à 78 reprises, Eddy Merckx détient le record du Giro.

Cette année, après 4 jours, il y en aura déjà eu pour les rouleurs, les sprinteurs, les puncheurs et les grimpeurs avec la première arrivée au sommet lors de la 4e étape, à Sestola. Une nouvelle arrivée en côte est prévue à Ascoli Piceno lors de la 6e étape.  Après une étape de plaine vers Termoli, la 8e étape proposera pas moins de 3.500 mètres de dénivelé vers Guardia Sanframondi. Le lendemain, nouvelle arrivée au sommet, à Campo Felice. La 10e étape arrivant à Foligno, la plus courte (139 km), précèdera la première journée de repos, le mardi 18 mai.

Routes blanches, Zoncolan… programme copieux !

Après la première pause, les coureurs affronteront notamment 35 kilomètres de routes blanches non asphaltées entre Perouse et Montalcino. Une étape que s’est empressé de reconnaitre Remco Evenepoel dès son arrivée en Italie. Le samedi 22 mai, les coureurs escaladeront le mythique Zoncolan. Le lendemain, le Giro fera une incursion en Slovénie avant d'arriver à Gorizia, où les puncheurs devraient être à la fête.

La 16e étape, le 24 mai, sera l’étape reine avec un passage par le Passo Fedaia, le Passo Pordoi, point culminant de ce Giro avec ses 2.239 mètres, et le Giau Pass avant de descendre vers Cortina d'Ampezzo pour un dénivelé total de 5.700 mètres sur 212 km. Après une deuxième journée de repos, le plat de résistance attend les rescapés avec deux arrivées au sommet inédites, à Sega di Ala (17e étape) et à Alpe di Mera (19e étape), entrecoupées de la plus longue étape du Giro (231 km) vers Stradella.

A la veille de l'arrivée finale, le peloton devra encore se farcir la Verbania-Alpe di Motta, qui comprendra deux cols à plus de 2.000m d'altitude, le Passo San Bernardino et le Passo dello Spluga, et un dénivelé de 4.200 mètres. Enfin, le chrono final entre Senago et la place du Dôme à Milan, long de 30,3 km, déterminera le vainqueur final de cette 104e édition.

Yates, Bernal… ou une surprise ?

Simon Yates fait office de favori légitime de ce Giro 2021. Il s’est montré en très bonne forme sur le récent Tour des Alpes qu’il a remporté. De plus, le Britannique de la BikeExchange a une revanche à prendre avec le Giro. On se souvient de l’édition 2018 qu’il domine largement avec 3 victoires d’étapes avant de tout perdre à 2 jours de l’arrivée finale. Il s’écroule littéralement et perd près de 40 minutes sur Chris Froome qui s’emparait alors du maillot rose. 

Une tunique rose que va également convoiter Egan Bernal. Le lauréat du Tour de France 2019 mènera l’armada INEOS Grenadier avec à ses côtés Martinez, Sivakov et Sosa. Le Colombien a montré de bonnes choses en début de saison, reste à voir si son dos, qui l’a forcé à abandonner le Tour l’an dernier, va tenir le choc.

On citera encore Aleksandr Vlasov (Astana), Mikel Landa (Bahrain - Victorious), Hugh Carthy (EF Education - Nippo), Romain Bardet et Jay Hindley (Team DSM) deuxième l’an dernier, Dan Martin (Israel Start-Up Nation), Marc Soler (Movistar), Davide Formolo (UAE) ou Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) même si ce dernier se remet tout juste d’une fracture au poignet. 

L’énigme Evenepoel

Où placer le prodige belge dans tout cela? Difficile à dire. Officiellement, le coureur de 21 ans, qui fait son retour à la compétition après sa terrible chute en Lombardie en août dernier, sera un électron libre. Il aura la tâche d’épauler son leader chez Deceuninck Quick-Step, Joao Almeida, maillot rose pendant 15 jours en 2020, puis finalement 4e du classement général. 

Mais Remco Evenepoel reste Remco Evenepoel, il est imprévisible. Il a déjà bousculé pas mal de certitudes dans le cyclisme… Il n’a aucune expérience dans un grand tour et n’a pas accroché de dossard depuis 9 mois. "Cela signifie que nous devons voir comment mon corps réagira. Nous prendrons cela au jour le jour et verrons comment les choses se passent. Le plus important est que je suis de retour avec mes équipiers et mon staff, ce qui me rend heureux", a expliqué le jeune Belge.

Il n’est peut-être pas à 100%, mais le Giro est long et tout peut se jouer dans la dernière semaine. S’il ne perd pas trop de temps d’ici là, qui sait ce que nous réserve le petit prodige de Schepdaal?

Le Tour d'Italie 2021 sera à suivre dès ce samedi 8 mai sur Eurosport.