Ces anecdotes marrantes et inédites sur George Clooney

Ce 6 mai, George Clooney fête son entrée dans la soixantaine. Derrière son physique de tombeur se cache un vrai boute-en-train. Pour l'occasion, Proximus Picks vous a déniché des anecdotes qui vous feront rire ou vous surprendront concernant le beau ténébreux d’Hollywood. 

Il n’a pas besoin de coiffeur

En plein lockdown aux États-Unis, George Clooney révèle son secret beauté pour se couper les cheveux. Cela fait 25 ans que la star américaine ne confie plus ses cheveux à un coiffeur. L’année dernière, lors du talk-show de Jimmy Kimmel, l’acteur a dévoilé son secret capillaire. Il se coupe les cheveux lui-même à l’aide d’une machine étrange : le Flowbee. Ce drôle d’appareil mi-tondeuse mi-aspirateur a fait son apparition dans les années 80. Clooney fait partie de ses millions d’américains qui se sont procurés cette machine futuriste. "Je me coupe les cheveux tout seul depuis 25 ans", a-t-il assuré. "Mes cheveux sont comme de la paille. Ils sont donc faciles à couper, on ne peut pas vraiment se rater." Depuis qu’il a fait cette annonce au mois de mars 2020, le produit a été en rupture de stock sur le site de la marque et sur Amazon. Une véritable solution en pleine crise de coronavirus lorsque les salons de coiffure sont fermés. 

Il aurait pu ne pas être acteur

Fils d’un animateur de talk-shows, George Clooney est baigné dès son plus jeune âge dans les émissions de son père. Voulant poursuivre cette voie-là, il s’inscrit à la Northern Kentucky University entre 1979 et 1981 en journalisme audiovisuel. Il ne sera pourtant jamais diplômé en la matière.

Avant de s’inscrire à l’université il avait tenté sa chance dans le sport. Il rêvait d’une carrière comme joueur de baseball professionnel. Dès sa sortie du lycée en 1977, il a fait des essais pour intégrer l’équipe de baseball des Reds de Cincinnati. Même s’il était doué à l’école, il n’avait pas le niveau pour intégrer l’équipe. Après son premier essai, on le lui a gentiment fait savoir. Alors même si la star semble aujourd’hui avoir percé dans le cinéma.

Il n’oubliera jamais cette période où après deux rêves qu’il n’a pas pu réaliser, il a enchaîné les petits boulots. De vendeur de chaussures pour dames à colporteur en passant par employé de rayon, il perce enfin au cinéma après avoir décroché de petits rôles.

D'acteur de rôles niais à réalisateur

L’acteur américain est aussi un réalisateur accompli depuis les années 2000. Année où il fonde sa société Section Eight avec son associé Steven Soderberg. Leur rêve était de produire des films ambitieux qui ne sont pas forcément grand public. Depuis 2002, la star d’Hollywood compte pas moins de huit films à son actif et une mini-série ‘Catch-22’.

Aujourd’hui, il porte différentes casquettes : celle d’acteur, réalisateur et producteur. Grâce à sa société de production, il a produit de grands blockbusters du cinéma tel que 'Gravity', où il donne la réplique à Sandra Bullock, 'Ocean’s Eleven', 'Une nuit en enfer', 'Money Monster', 'Good Night and Good Luck' etc. Autant de films que Clooney a propulsés dans le monde du cinéma. Pourtant, les débuts de l’acteur laissent à désirer quand on consulte aujourd’hui son curriculum vitae. Son premier rôle n’était pas celui du médecin Doug Ross dans la série ‘Urgences’. La star avait fait ses débuts à l'écran en incarnant un pizzaïolo un peu bébête dans ‘Le Retour des tomates tueuses' de John De Bello en 1988. Le titre en dit déjà long mais il s’agit d’un savant-fou qui transforme les tomates en tueuses…

Les cheveux poivre et sel lui réussissent

S’il y a bien un acteur qui acquiert de plus en plus de succès avec les années, c’est bien George Clooney. Il fait partie de ces personnalités multirécompensées d’Hollywood. Depuis son rôle dans ‘Urgences’, il fait une grande carrière sur le grand écran. Après de nombreuses nominations aux Oscars tout au long de sa carrière, c’est finalement en 2006, à l’âge de 45 ans qu’il reçoit sa première statuette dans la catégorie du meilleur acteur dans un second rôle pour le film ‘Syriana’. En 2013, le film Argo lui a valu l’Oscar du meilleur film. Il est classé vingt-troisième plus importante personnalité par le Time en 2008. Et n’oublions pas qu’il a  été nommé "homme le plus sexy du monde" par le magazine People en 1997, au moment où ses cheveux commençaient déjà à grisonner.

 

Sa plus longue relation avec un cochon

Depuis son mariage en 2014 avec Amal Alamuddin, une avocate libano-britannique, le couple est l’un des ‘power couple’ d’Hollywood. Depuis leur premier rencontre en 2013, ils ne se sont plus quittés et semblent mener une vie familiale paisible avec leurs jumeaux Ella et Alexander. Pourtant, sa relation avec Amal n’est pas sa plus longue puisque l’acteur avait partagé une vie commune de dix-huit ans avec un cochon.

C’est l’actrice Kelly Preston qui le lui avait offert quand ils étaient ensemble de 1987 à 1989. Baptisé ‘Max’ et surnommé ‘sa star’ par l’acteur, l’animal est décédé en 2006. Clooney était complètement gaga de son cochon de 130 kg. Parfois, c’était un frein dans ses aventures amoureuses. L’une de ses ex-petites amies, Elisabetta Canalis témoigne de cet amour fusionnel : "C'était incroyable comme il aimait ce cochon. Il avait la taille d'une table, absolument énorme. Il disposait d'un enclos spécial et, la nuit, il dormait sur le sol, juste à côté du lit de George. Il allait parfois dans ce lit. Ils étaient si proches, comme père et fils." 

Max aurait été la raison de nombreuses ruptures comme par exemple avec le mannequin Céline Balitran, qui aurait lancé un ultimatum à l’acteur en lui disant "C’est moi ou le cochon". Apparemment, rien ne pouvait les séparer. Clooney emportait partout son fidèle compagnon, que ce soit sur les plateaux d’émission ou en vacances avec lui. L’animal serait même monté dans le jet privé de John Travolta. Il aurait même sauvé la vie de son maître en 1994 en le réveillant quelques minutes avant le séisme de Northridge. 

Père sur le tard

Selon certains, sa relation avec son cochon l’aurait tellement influencé que cela aurait été l’une des raisons pour lesquelles il ne souhaitait pas devenir papa. Mais c’est sans aucun doute son pari avec Nicole Kidman et Michelle Pfeiffer qui l’a retardé à concevoir des enfants. Les deux actrices avaient parié qu’il aurait un enfant avant ses 40 ans mettant en jeu chacune 10 000 dollars. Clooney a remporté ce pari, mais n’avait pas accepté le chèque de ses partenaires de jeu, relançant la mise en promettant qu’il ne serait jamais père avant 50 ans. Pari gagné à nouveau puisque c’est à 56 ans, que l’acteur devient l’heureux papa de jumeaux avec Amal Alamuddin.

Il a fait un lifting… des testicules

Comme pour le Flowbee, George Clooney aime lancer de nouvelles modes. En 2008, l’acteur se serait confessé au magazine italien ‘Max’ : "Je ne me suis pas fait lifter les paupières. Mais j'ai fait une nouvelle opération très en vogue à Hollywood. On appelle ça le "repassage de boules" . Mais le journaliste qui a rapporté ces propos n’avaient pas l’air de connaître l’humour du comédien. Ce qui est le plus drôle dans cette histoire c’est qu’un institut de chirurgies esthétiques de Santa Monica a commencé à proposer ses services et la gent masculine serait passée de 15 à 40 % après la déclaration de la star. Blague ou pas ? On ne saura jamais s’il s’agit d’un des nombreux canulars de Clooney. En tout cas, la méthode de lifting de ces parties intimes s’est bien développée ces dernières années par rapport à 2008.

Vous voulez voir plus de George Clooney ? Découvrez 'Gravity' dans le catalogue Proximus VOD. Vers le catalogue Proximus VOD ? Appuyez sur le bouton « On demand » ou « Shop » de votre télécommande ou accédez directement au catalogue Proximus VOD ici !

Vous pouvez également l'admirer sur Netflix dans 'Ocean's Eleven', 'Ocean's Twelve', 'Ocean's Thirteen', 'The Midnight Sky' en 'O Brother, Where Art Thou?'. En savoir plus sur l'option TV 'All Stars' (avec Netflix) ou sur Netflix chez Proximus Pickx.


 

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top