‘Barry Lyndon’, le génie de Stanley Kubrick à travers la musique classique du film

Quand musique classique et cinéma se croisent, ça ne peut qu’être un coup de génie de Stanley Kubrick. À l’époque de la réalisation du film ‘Barry Lyndon’, en 1975, peu avaient l’audace d’utiliser la musique de grands compositeurs classiques dans les films. Mais le Maître du cinéma changea la donne. Ce vendredi, à 23h23 sur La Trois, 'Tempo Classic' nous emmène au concert de l’orchestre Philharmonique de Radio France qui rend hommage au film de Kubrick. 

Une expérience musicale

Avant le coup de génie de Kubrick, les musiques de films étaient principalement écrites pour les films. On pense aux nombreuses compositions d’Ennio Morricone qui ont obtenu un triomphe discographique sans précédent. Mais le grand maître du cinéma décide de faire autrement. Tout commence lors de la réalisation du film ‘2001, l’Odyssée de l’espace’ en 1968. Stanley Kubrick s’associe au compositeur Alex North pour la bande originale du film. Sans grand enthousiasme puisqu'il y a été obligé par ses producteurs alors que l’homme de cinéma avait déjà utilisé des musiques temporaires pendant la conception du film. Il s’était amusé à consulter toute sa discothèque personnelle afin d’y sélectionner des musiques qui correspondaient parfaitement aux scènes en ajoutant des éléments narratifs au film. La magie avait alors opéré quand il a mis ces grands titres classiques en images. Le réalisateur ne réussit cependant pas à convaincre la MGM et, contre son gré, il doit travailler avec Alex North.

Le compositeur s’était alors enfermé pendant deux mois dans un appartement à Londres, travaillant d’arrache-pied afin de produire une partition de 40 minutes. Tout cela pour rien, puisque Kubrick savait pertinemment que personne ne pouvait arriver à un meilleur résultat que tous ces grands musiciens réunis. "À moins que vous ne vouliez de la musique pop, il est vain d’employer quelqu’un qui n’est pas l’égal d’un Mozart, d’un Beethoven ou d’un Strauss pour écrire une musique orchestrale. Pour cela on a un vaste choix dans la musique du passé. Parfois il y a de la musique moderne intéressante mais si vous voulez une musique d’orchestre, je ne sais pas qui va vous l’écrire." expliqua Stanley Kubrick dans un entretien avec Michel Ciment, spécialiste français du cinéma.

Le réalisateur n’avait clairement pas l’intention d’utiliser la bande originale de North. Il avait accepté de collaborer avec lui seulement dans le but d’apaiser les tensions avec les producteurs. Mais à l’avant-première du film à New York, il met le studio et le musicien devant le fait accompli. Sa playlist de titres classiques se mélangeait, en effet, aux scènes du film et à aucun moment il n’a utilisé la partition d’Alex North. 

L'Oscar de la meilleure musique de film

Depuis la réalisation de son huitième film, Stanley Kubrick ne commande d'ailleurs plus de bande originale. Il intègre avec grande acuité et de manière perspicace de grands airs connus de la musique classique à des scènes de film et cela dès le tournage. La musique parle d’elle-même, elle prend part à l’histoire. Ce qui crée une parfaite symbiose sentimentale et donne cet effet sensationnel. Vivre les films de Kubrick c’est se laisser emporter dans un voyage cinématographique et musicale. Certaines musiques sont à jamais associées à ses films. Dès que l’on entend les premières notes de Zarathoustra de Strauss, on pense à l’ouverture du film ‘2001’. Il en va de même pour ‘Trio’ de Schubert, que l’on identifie immédiatement à ‘Barry Lyndon’. 

Regroupant Haendel, Bach, Paisiello, Vivaldi, Mozart et Schubert, le film reçoit l’Oscar de la meilleure musique de film en 1976. Le talent du réalisateur ne s’arrête pas là puisqu’il combine musiques classiques et musiques traditionnelles irlandaises, interprétées par The Chieftains. En ce qui concerne le scénario, le film débute sur l’île verte et suit les aventures d’un jeune irlandais qui sans le sou s’engage dans l’armée britannique et combat les Prussiens. À la fin de la guerre, il s’installe en Angleterre où il apprend les usages et bonnes manières. On y suit son ascension sociale lorsqu’il épouse la comtesse de Lyndon jusqu’à sa chute. Le film historique retraçant la société anglaise du XVIIIe siècle aux décors d’époque et éclairages naturels est tiré du roman anglais de William Thackeray.

Une musique du XVIIIe siècle

Le ‘Trio pour piano et à cordes’ de Schubert et la célèbre ‘Sarabande’ de Haendel sont deux oeuvres musicales qui ont depuis la sortie du film marqué l’histoire du cinéma. Cette dernière ouvre le film et est le thème musical principal. À la manière d’une marche funèbre-requiem, elle revient comme un leitmotiv, elle marque la progression dramatique du destin du jeune irlandais et est utilisée sous différentes versions toutes significatives et exprimant le sens d’une scène. La musique a été composée entre 1703 et 1720 et représente bien le style du XVIIIe siècle. Kubrick voulait un film historique qui soit marqué par sa musique d’époque. Cependant, le réalisateur admet avoir un peu triché pour la musique de Schubert qui date de 1827, une époque postérieure à celle du film.

"J'avais d'abord voulu m'en tenir exclusivement à la musique du 18e siècle quoiqu'il n'y ait aucune règle en ce domaine. Je crois bien que j'ai chez moi toute la musique du 18e siècle enregistrée sur microsillons. J'ai tout écouté avec beaucoup d'attention. Malheureusement, on n'y trouve nulle passion, rien qui, même de loin, puisse évoquer un thème d'amour; il n'y a rien dans la musique du 18e siècle qui ait le sentiment tragique du Trio de Schubert. J'ai donc fini par tricher de quelques années en choisissant un morceau écrit en 1814. Sans être absolument romantique, il a pourtant quelque chose d'un romanesque tragique" détaillait-il auprès de Michel Ciment, encore.

Le choix des musiques est tellement pertinent que des années après la sortie du long métrage, le simple fait d’écouter ces grands classiques nous plongent toujours dans les images du film de Kubrick. C'est pourquoi Jean-Pierre Loisil a décidé par la suite de réaliser un concert pour faire vivre ce chef d'oeuvre plus profondément. Pour s'en rapprocher le plus possible, il a travaillé sur les lumières du concert afin de reproduire l’ambiance picturale du film. L’Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la direction de Nicolas Alstaedt, a, de son côté, été réquisitionné pour les mélodies de Barry Lyndon, à l’exception des musiques celtiques du film. Un bel hommage à Stanley Kubrick et à son génie intemporel.

Regardez ‘Tempo Classic : Barry Lyndon Tribute’ ce vendredi 30 avril à 23:15 sur La Trois ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top