Ceux qui suivent le circuit compétitif de FIFA connaissent bien le nom de Stefano Pinna. Champion du monde de PS4 sur l’édition 2018 de la licence de EA Sports, le jeune Belge signe cette année son grand retour dans son pays d’origine avec une signature au KRC Genk, club e-sportif reconnu dans notre plat pays, mais aussi dans le top de la compétition européenne avec de très beaux résultats lors des derniers qualifiers pour les FIFA Global Series. Si à l’heure d’écrire ces lignes, sa qualification reste hypothétique, on s’est dit que c’était une belle occasion de discuter avec ce qui est sûrement l’un des meilleurs joueurs de notre continent, accompagné de Bram Bartels, coordinateur e-sport pour la structure genkoise.

Salut Stefano, avant toute chose on espère que tu vas bien! Petit exercice classique, peux-tu te présenter un peu, en dehors de ton palmarès e-sportif ?

Stefano : Salut Pickx! Comme tu l’as bien dit, je m’appelle Stefano Pinna, j’ai 23 ans. Je viens de Houthalen-Helchteren en Belgique. À côté de FIFA, mon hobby principal est le foot. Pour l’instant, je suis e-sportif à temps plein et je n’étudie donc pas cette année.

Quel est le premier souvenir dont tu te rappelles de toi jouant à FIFA ?

Stefano : Comme beaucoup, j’ai commencé les jeux-vidéo grâce à mes grands frères. Au début, je jouais toujours avec eux deux. D’ailleurs, on a commencé sur Pro Evolution Soccer et pas sur FIFA ! En 2012, on a changé pour passer sur FIFA.

Pourquoi avoir changé de jeu pour passer sur la licence de EA ? Il y a certaines raisons en particulier ?

Stefano : Tout simplement car le jeu était moins bien. Je l’aimais moins. Selon moi, PES était un très bon jeu jusqu’en 2005 mais dès l’édition 2006, ça a commencé à devenir de moins en moins bien, d’où notre switch sur FIFA, qui est depuis devenu la licence majeure en e-foot.

Tu t’y es réessayé récemment ou tu as totalement abandonné?

Stefano : Non non, maintenant c’est uniquement FIFA ! “Rires”

Tu joues à d’autres jeux que FIFA dans ton temps libre ?

Stefano : Oui oui, de temps je m’amuse un peu sur des jeux comme Rocket League et Call of Duty !

Parlons un peu du titre de champion du monde que tu as gagné en 2019. Revenir dans des plus petites compétitions avec un titre mondial sur les épaules, est-ce que ça ne rajoute pas un peu de pression ?

Stefano : Oui bien sûr. Les gens attendent beaucoup plus de toi parce qu’ils considèrent que tu fais partie de l’élite. C’est un sentiment qui est poussé encore plus loin quand tu joues pour un club comme le KRC Genk. C’est un sentiment que j’apprécie par moments, tandis que des fois c’est plus compliqué à porter. Après, c’est quelque chose qu’il faut accepter quand on vit des grands moments comme un titre mondial.

En parlant du KRC Genk, il a été annoncé récemment que tu faisais ton retour en Belgique en signant dans le club genkois. Tu te sens comment d’être de retour, compétitivement parlant, dans ton pays ?

Stefano : Je me sens super bien! Ça faisait longtemps que je voulais jouer pour le KRC mais à l’époque j’étais sous contrat pour d’autres équipes. Gilles Bernard et Abdullah Waiss (joueurs du KRC Genk Esports; ndlr) sont de très bons joueurs et je pense honnêtement qu’on a le meilleur roster de Belgique. Je suis donc très heureux de faire équipe avec eux et qu’on puisse progresser ensemble. J’ai vraiment hâte, qui plus est de jouer pour un club que j’apprécie.

C’était quelque chose qui était préparé depuis longtemps donc? Comment ça s’est passé ?

Stefano : Cela faisait maintenant un petit temps que je n’avais plus de club en Belgique (Stefano évolue actuellement en eDivisie pour le VVV Venlo; ndlr). Le KRC m’a appelé pour discuter d’un possible recrutement. Au final, il s’est avéré que c’était une réunion très intéressante. Par la suite, ils m’ont proposé d’être leur joueur pour cette saison, et pourquoi pas la prochaine.

Bram, étant donné que vous disposez de trois joueurs, avez-vous déjà une idée de comment l’équipe sera structurée l’année prochaine ? Avez-vous déjà une idée de quels joueurs disputeront les différentes compétitions ?

Bram : Tout ceci sera décidé en fonction du plan de développement que l’on met en place pour l’équipe. Notre objectif est avant tout de trouver ce qui est mieux pour nos joueurs. Par exemple, la Proximus ePro League ne récompensent pas encore ses joueurs avec des pro points, très utiles pour le classement, contrairement à d’autres ligues nationales. L’eDivisie, dans laquelle évolue pour l’instant Gilles est par exemple une occasion parfaite pour lui d’accumuler ces points et de se mesurer aux meilleurs joueurs du monde. Il faut donc qu’on trouve la meilleur combinaison pour que nos joueurs puissent tous progresser un maximum. On veut bien entendu faire de meilleurs résultats en Proximus ePro League mais la vision au long-terme est quelque chose dont nous tenons compte dans notre réflexion.

Gilles Bernard et Abdullah Waiss

Comme vous le savez sûrement, le Beerschot a récemment annoncé la création d’une équipe Pro Clubs. Ce genre de projets pourrait intéresser le KRC Genk dans un futur proche?

Bram : On s’intéresse bien évidemment à ce genre de projets mais pour l’instant on se concentre totalement sur la scène compétitive classique sur FIFA. Bien sûr, c’est une belle manière d’intégrer nos fans au club et c’est une idée qui pourrait germer sur le long-terme. Cependant comme je le disais, on garde un esprit compétitif : on veut être les meilleurs et pour l’instant ça passe par une concentration absolue sur le circuit Ultimate Team et le classement mondial.

Stefano : J’ai toujours aimé l’idée du Pro Clubs mais jouer à 11 contre 11 est quelque chose de très difficile, surtout quand on a pris l’habitude de jouer seul comme je le fais depuis le début de ma carrière. C’est quelque chose qui pourrait m’intéresser mais comme l’expliquait Bram, ce n’est pas l’objectif du moment.

Il y a quelques jours, la RBFA a lancé sa campagne de recrutement pour ses nouveaux eDevils sur FIFA 21, qui évolueront par exemple lors des eNations Series. Étant un ancien membre de l’équipe, comment ça va se passer pour toi? Tu as déjà eu des contacts avec la fédération ?

Stefano : Pour être totalement honnête, je ne sais pas du tout ce qui va se passer. J’espère pouvoir jouer pour eux lors des eNations Series mais nous n’avons pas encore reçu de détails. Je comprendrais si je devais jouer le tournoi de qualification pour faire partie de l’équipe. Dans un sens, je fais partie des meilleurs joueurs PS4 sur le territoire belge donc je trouverais ça normal de jouer les eNations Series. De l’autre côté, je comprends totalement que d’autres joueurs puissent mériter leur place. Si cela m’est demandé, c’est avec plaisir que je participerais au tournoi pour gagner ma place comme les autres.

Les eNations Series rassembleront les meilleures nations européennes comme l’Italie, la France et l’Angleterre. Comment évaluez-vous les chances de la Belgique dans le tournoi ?

Stefano : On ne fait pas partie des meilleurs mais on a l’avantage de disposer de très bons joueurs, que ce soit sur Playstation ou sur Xbox. Je pense honnêtement qu’il y a toujours une chance.

Stefano, tu joues représentes actuellement le VVV Venlo dans le championnat néérlandais, la eDivisie. Comment tu te sens dans la compétition ?

Stefano : En réalité, je m’y plais vraiment bien. C’est une très grosse compétition en terme de niveau et plusieurs joueurs font partie du TOP5 mondial, ce qui est une bonne chose car cela me permet vraiment de m’améliorer à tous les niveaux.

Parlons un peu de la FIFA eWorld Cup, pour laquelle tu as tenté de te qualifier durant près de cinq mois. Comment envisages-tu la suite de la compétition ?

Stefano : Pour l’instant, je suis classé 46ème au classement européen. Ma qualification aux finales régionales est donc soumise à une condition : il faut qu’un joueur présent dans le top 45 se qualifie via un championnat domestique ou une autre compétition sponsorisée par EA, comme la eChampions League, à laquelle je participerai aussi d’ailleurs. Une première place dans cette compétition me permettrait donc aussi de me qualifier. Je ne suis donc pas qualifié à 100% mais il y a de grandes chances de me voir aux finales régionales pour tenter d’accrocher une place au main event.

On a pu remarqué une évolution de ton niveau de jeu, qui était plus faible lors des premiers qualifiers, comparé aux très beaux résultats que tu as réalisé lors des quatrième et cinquième éditions.

Stefano : En effet, cette année j’ai été assez irrégulier. Parfois, mes performances sont très bonnes, mais de temps à autres j’ai beaucoup de mal sur le jeu. Pour être tout à fait honnête, je trouve qu’il est beaucoup plus compliqué de se qualifier par rapport aux précédentes éditions de la eWorld Cup. Dans le format utilisé cette année, une défaite est très rapidement punie en terme de points. Au début des qualifiers, j’ai joué très mal, et je ne m’entrainais pas beaucoup. Après la première édition, je me suis remis à l’entrainement en participant à un maximum de tournois. Je considère qu’après tout, un TOP46 est un bon résultat et j’espère vraiment accéder au play-offs. C’est la seule chose qui importe.

Tu viens de le mentionner: le format de la compétition a beaucoup changé par rapport à l’année passée. Certains joueurs ont d’ailleurs pointé du doigt cette nouvelle organisation. De ton côté, que penses-tu de la nouvelle structure du tournoi ?

Stefano : Je ne l’aime pas vraiment. Cette année, si vous perdiez une partie, il était très difficile de revenir dans le haut de l’arbre de la compétition. Je préférais largement le format de l’année passée où l’erreur était plus facilement corrigeable.

Tu parlais il y a quelques instants de ton irrégularité lors de cette saison. Quelles causes peux-tu attribuer à ça ?

Stefano : Je ne saurais pas le dire avec exactitude mais c’est très clairement un problème que plusieurs joueurs ont rencontré cette saison. Bien sûr, le top5 reste très régulier, mais je pense que le nouveau jeu ainsi que le format de la compétition ont changé beaucoup de choses.

Bram : Je rajouterais aussi que la situation sanitaire actuelle a changé beaucoup de choses. On voit beaucoup de nouveaux joueurs, qu’on ne connaissait pas avant, dans le haut du classement. Le fait qu’il n’y aie pas d’évènements en présentiel a aussi joué un gros rôle. Lors de ce genre d’évènements, seuls les joueurs supportant bien la pression arrivaient à performer. Avec le contexte actuel, beaucoup de nouveaux joueurs font leur apparition car ils jouent de leur chambre, dans leur petite bulle de confort, sans trop de pression, ce qui modifie grandement la compétition et rend la compétition plus compliquée pour des joueurs professionnels.

Quelles parties de ton gameplay as-tu du adapter pour rester au niveau ?

Stefano : Mon point faible était clairement mon attaque. Je n’étais pas assez bon : mes phases de jeu étaient trop simples et dans ce édition il faut vraiment construire quelque chose pour pouvoir marquer face à des adversaires qui maitrisent le jeu. C’est aussi pour cette raison que j’ai joué pas mal de tournois après le premier qualifier. Il fallait vraiment que je m’améliore sur ce point-là.

Question classique, mais qui ravira les apprentis e-sportifs : en tant que professionnel, quel conseil donnerais-tu à un jeune qui aspire à devenir professionnel ?

Stefano : Regarder des streamers qui évoluent sur le jeu est déjà une bonne chose. Pour ma part, je regarde beaucoup les vidéos de BorasLegend. Il est très bon au jeu mais aussi dans ses explications sur ce dernier. Ça rend ses vidéos très pédagogiques. Trop jouer ne sert pas à grand chose si vous ne faites pas la balance avec vos autres hobbies. Aussi, il est important de créer votre propre gameplay, copier celui des autres n’est plus utile à un haut niveau.

Petite bonus question bonus : Une petite prédiction sur le vainqueur de la Proximus ePro League dont les play-offs débuteront au début du mois prochain ?

Stefano : Honnêtement, je vois bien Geoffrey Meghoe (Zulte Waregem) remporter la compétition cette année. Je suis toujours sur Discord avec lui et je connais pas mal son style de jeu. Sa défense n’est pas mauvaise mais son réel point fort est l’attaque et je pense que ça peut le mener à la victoire.

Merci pour ton précieux temps Stefano, on te souhaite le meilleur dans la suite des compétitions!

Copyright visuel : KRC Genk Esports