Le président du FC Barcelone Joan Laporta a insisté jeudi sur la "nécessité" d'une Super League européenne tout en appelant au "dialogue avec l'UEFA", dans un bref entretien avec la télévision régionale catalane TV3.
"Nous sommes dans une position de prudence. Nous pensons que c'est une nécessité", a maintenu Laporta jeudi, lors d'un déplacement au tournoi de tennis de Barcelone, tout en assurant que les membres de la "Super League" restaient "ouverts à un dialogue avec l'UEFA, toujours".

Il s'agit de la première déclaration publique du président du FC Barcelone depuis l'annonce dimanche soir du projet de Super League européenne, torpillé 48 heures plus tard par le retrait de six clubs anglais.

"Je crois qu'il y aura une entente institutionnelle, avec une volonté d'avancer sur ces questions", a assuré le dirigeant, réélu président du Barça le 7 mars après un premier passage à la tête du club catalan entre 2003 et 2010.

"La raison pour laquelle il y a eu cette proposition existe toujours: on manque de ressources, on fait d'importants investissements, on paie des salaires très importants... Et si l'on veut que le football soit un spectacle qui découle de mérites sportifs, et que l'on maintienne ce niveau de qualité, ils (les dirigeants de l'UEFA, ndlr.) doivent prendre en considération ce que nous avons proposé", a affirmé Laporta, 58 ans.

Laporta a toutefois confirmé que "ce sont les socios (supporters-actionnaires) qui auront le dernier mot" quant à la participation du Barça à une éventuelle future Super League européenne.

Florentino Perez, le président du Real Madrid et premier président de la "Super League", a fait savoir pour sa part dans la nuit de mercredi à jeudi que le projet était en "stand-by" dans l'émission "El Larguero", sur la radio Cadena Ser.

Présenté lundi, ce projet de Super League européenne a été abandonné mardi soir par les six clubs anglais initialement présents parmi les douze clubs fondateurs, après de vives protestations politiques et sportives, mais aussi de véhémentes réactions des supporters.

En Espagne, l'Atlético Madrid a annoncé mercredi midi son retrait du projet, rapidement suivi par l'Inter et l'AC Milan.