Daniel Evans (ATP 33) était aux anges, vendredi, après s'être qualifié pour les demi-finales du tournoi ATP Masters 1000 sur terre battue de Monte-Carlo. Après avoir terrassé Novak Djokovic (ATP 1) ancien double vainqueur sur le Rocher, le Britannique, 30 ans, a fait mordre la poussière à David Goffin (ATP 15), s'imposant 5-7, 6-3 et 6-4 après avoir effacé 15 balles de break sur 17, dont 9 dans le dernier set !
"C'est un grand moment", a-t-il confié après sa victoire. "Hier, j'étais dans un état de choc. Mais aujourd'hui, c'était une journée importante parce que j'étais vraiment fatigué hier soir après le double. J'ai senti beaucoup plus de pression pour gagner. En aucun cas, un match contre Goffin n'est facile à gagner, mais après hier, il était facile de mettre une défaite sur le compte d'une mauvaise performance. De 5-3 en ma faveur au premier set, jusqu'à 1-1 au deuxième, j'étais trop souvent en défense. Il faut l'accepter sur certains points, mais pas tout le temps. Il fallait que je change quelque chose. J'ai bien fait de varier en jouant service-volée. Si c'est le cas, il faut subir la tempête et essayer de repartir du bon pied."
Entre-temps, voilà Daniel Evans pour la première fois de sa carrière dans le dernier carré d'un tournoi ATP Masters 1000. Qui plus est, sur terre battue, une surface à laquelle il a longtemps semblé allergique. Ce samedi, le natif de Birmingham affrontera Stefanos Tsitsipas (ATP 5), 22 ans, demi-finaliste à Roland-Garros fin 2020 et à l'Open d'Australie en février.
"Oui. Mon attitude était plutôt négative par rapport au développement de mon jeu sur terre battue, et à l'effort de m'y adapter", a-t-il reconnu. "Ici, j'ai pris du plaisir. Mes matches ont été très différents les uns des autres. J'ai beaucoup fait service-volée, presque sur chaque point, contre Lajovic. Je suis resté au fond du court contre Hurkacz. Cela a beaucoup à voir avec l'aspect déplacement. Je me sens beaucoup plus l'aise dans mes déplacements, c'est devenu beaucoup plus facile. J'ai travaillé avec un préparateur physique ces dernières semaines, nous avons beaucoup travaillé le jeu de jambes, les glissades. Cela m'a beaucoup aidé."