Les matchs de légende: Liverpool s’adjuge la Coupe UEFA après un match complètement fou contre Alavés

Quatre ans avant le miracle d’Istanbul de 2005, Liverpool venait à bout du Deportivo Alavés dans une finale de la Coupe UEFA au scénario rocambolesque. Cette année-là, les Reds avaient réussi l’exploit de glaner cinq trophées en douze mois.

Les 48.000 spectateurs du Westfalenstadion de Dortmund en ont eu pour leur argent le soir du 16 mai 2001. En Allemagne, Liverpool et les surprenants Espagnols du Deportivo Alavés ont proposé l’une des plus belles finales de l’histoire la Coupe UEFA, ancêtre de l’Europa League, en inscrivant pas moins de neuf buts en 120 minutes.

Les Reds de Gérard Houiller partaient logiquement favoris, eux qui venaient de remporter la FA Cup à peine quatre jours plus tôt et avaient sorti le FC Barcelone en demi-finale. De son côté, le Deportivo Alavés avait déjoué tous les pronostics en atteignant ce stade de la compétition pour sa première participation, sortant notamment l’Inter Milan et Kaiserslautern. Sans surprise, les coéquipiers de Jordi Cruyff, le fils du légendaire Johan, allaient donc vendre chèrement leur peau en finale.

Les Espagnols au caractère

Le match démarrait idéalement pour les Reds emmenés par les jeunes Jamie Carragher, Michael Owen et Steven Gerrard. Après un quart d’heure, le score était déjà de 2-0 grâce à des buts de Markus Babbel et Gerrard. Réactif, Mané, l'entraîneur d’Alavés réalise un ajustement tactique qui va s’avérer décisif. Il sort un défenseur pour faire monter l’attaquant Ivan Alonso. Ce dernier réduit la marque quatre minutes après son entrée.

Mais Liverpool ne flanche pas et obtient même un penalty transformé par Gary McAllister. 3-1 à la mi-temps, la messe semble dite. Plus tard, Michael Owen confiera qu'il était alors aux anges: "C'était la première fois de ma vie que j'étais surexcité en rentrant aux vestiaires à la pause, en sachant qu'on allait gagner. Enfin, c'est ce que je pensais..." La suite sera en effet plus éprouvante que prévu pour Liverpool.

Au retour des vestiaires, le score passait à 3-3 grâce à un doublé de Javi Moreno. A 20 minutes du terme, Robbie Fowler pensait mettre les Anglais à l’abri mais Cruyff égalisait in extremis, portant le score à 4-4 à la fin du temps réglementaire. Direction les prolongations et la fameuse règle du but en or.

Cinq trophées en un an pour les Reds

La fin de match est équilibrée, mais les Espagnols finissent par craquer, se retrouvant à dix puis à neuf après deux cartons rouges. A la 117e minute, le défenseur Delfí Geli prolonge un coup franc de McAllister contre son camp. Un dénouement cruel pour la surprise de la compétition, et un septième trophée européen pour Liverpool, le premier depuis 1984.

Vainqueur d’un match salué par beaucoup comme l'une des finales les plus excitantes des temps modernes, les Reds n’en sont pas restés là. Quelques mois plus tard, les Anglais battent le Bayern Munich, vainqueur de la Ligue des champions, en Supercoupe d'Europe. Les Reds deviennent ainsi la première équipe anglaise à remporter cinq trophées sur une seule année civile, après avoir déjà remporté la FA Cup, la Coupe de la Ligue et le Charity Shield.

Fan de notre série? Revivez également l'écrasante victoire de Mönchengladbach sur Dortmund.

Info

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top