Clap de fin pour les ‘Carnets du bourlingueur’: retour sur l’émission mythique

Ce samedi, les téléspectateurs visionneront le tout dernier carnet du bourlingueur de Philippe Labillon. Après plus de 30 ans d’existence et de voyages incroyables, la RTBF vous donne rendez-vous une toute dernière fois ce samedi soir, dès 18h45 sur La Une. 

30 années d'aventures

C’est une émission très appréciée des téléspectateurs qui tire sa révérence. Depuis 1991, dans son costume d’aventurier, Philippe Lambillon a sillonné les plus beaux coins de la planète, des régions insolites, parfois hostiles, où traditions et coutumes rythment le quotidien.

Au JT de la RTBF, l’aventurier le plus emblématique du pays est revenu sur ce départ. “Ça fait 30 ans, je pense que c’était le moment de faire autre chose”. Pendant ces années, il n’était accompagné que d’un caméraman et d’un preneur de son. Sans oublier tout le travail en amont pour préparer les voyages. Et notamment, contacter et rencontrer les personnes sur place qui parfois n’avaient jamais vu une télévision. Des tournages qui n’ont pas toujours été de tout repos : météo, insectes, manque de confort, nourriture… il a fallu s’adapter !

Philippe Lambillon confie qu’il y a 30 ans, il imaginait le bourlingueur comme un personnage de bande dessinée, un vrai Tintin. D’ailleurs, la série a été adaptée sur planches. Le bourlingueur a désormais sa propre BD. Au commencement, jamais il n'aurait cru que l’émission remporterait un tel succès, ni pour autant d’années. Il décrit les carnets à leurs débuts comme le ‘Ushuaïa du pauvre’, avec peu de moyens à disposition, mais qui sentait “la vérité et la réalité”. C’est justement de ce sentiment qu’est née l’émission : l’envie de sortir des studios, de voir la vie, de découvrir notre nature. Philippe Lambillon s’est alors créé ce personnage. Bingo ! Aujourd’hui, les carnets sont traduits en anglais, espagnol, néerlandais, portugais…

Souvenirs, souvenirs

Dans une interview accordée à la RTBF à l’occasion des 30 ans de l’émission en janvier dernier, l’animateur a évoqué ses meilleurs et pires souvenirs. Selon lui, les bons souvenirs, “c’est absolument tout”. Un exemple : le tournage en Namibie, face aux éléphants. Des images magiques qu’il n’est pas prêt d’oublier. Dans les mauvais souvenirs, ce sont principalement des maladies attrapées sur place, ou quelques blessures et grosses fatigues.

Pour ce dernier épisode, direction les Bushmen, les derniers chasseurs d’Afrique dans le désert entre la Namibie et le Botswana. Un format un peu plus long de 26 minutes, pour en voir davantage et savourer l’aventure une toute dernière fois. Fini donc les carnets, mais pas vraiment le bourlingueur. Le personnage ne va visiblement pas totalement disparaître sur les antennes de la chaîne. Gardez donc l'œil attentif

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top