Gabriele Gravina, président de la Fédération italienne de football (FIGC), se dit "modérément optimiste" quant à la présence de spectateurs lors des matchs de l'Euro de football programmés à Rome. Le président de la FIGC a présenté mardi les plans de la fédération au ministre de la Santé Roberto Speranza et à la sous-sécrétaire d'Etat en charge du Sport Valentina Vezzali.
"Nous travaillons en synergie avec les institutions, je suis modérément optimiste", a déclaré Gravina en conférence de presse après cette réunion. "Nous n'avons pas beaucoup de jours à notre disposition. Nous n'avons même que quelques heures. D'ici le 18 avril, nous devons donner une réponse en vue du Comité exécutif de l'UEFA du 19 avril. Notre réponse est oui, nous espérons que ce sera aussi celle du gouvernement. Je comprends les préoccupations de ceux qui se limitent aux analyses des données actuelles, mais nous devons avoir du courage et nous projeter au 11 juin avec l'idée que l'Italie puisse repartir", a expliqué le président de la FIGC. "L'UEFA demande de remplir le Stadio Olimpico à 25 pour-cent de sa capacité, ce sont 16.000 spectateurs: il s'agirait de personnes vaccinées, avec un test négatif ou qui ont déjà eu le Covid-19, avec des masques et la distanciation en tribunes."

Rome doit accueillir le match d'ouverture de l'Euro, Italie/Turquie, le 11 juin ainsi que les deux autres matchs de la phase de groupes jouées par les 'Azzurri' et un quart de finale.

La capitale italienne figure avec Munich, Bilbao et Dublin parmi les quatre villes devant "fournir des informations complémentaires sur leurs projets" à l'UEFA, qui prendra une décision finale le 19 avril.

Huit villes, dont Copenhague et Saint-Pétersbourg, où les Diables Rouges disputeront leur phase de groupes, ont promis d'autoriser la présence de supporters durant le tournoi, reporté d'un an en raison de la pandémie.