Enes Kanter, c’est une valeur sûre en NBA, le genre de pivot qui fait du bien en sortie de banc dans une franchise. La nuit dernière, lors de la victoire de Portland face à Detroit, il a atteint la barre des 30 rebonds, une performance rare en NBA. 

 

Portland était en back-to-back cette nuit face à Detroit, c’est à dire que les Blazers disputaient un deuxième match en deux jours. Jusuf Nurkic, pivot titulaire de l’équipe était laissé au repos et Enes Kanter faisait donc partie du 5 de départ de la sixième équipe au classement à l’ouest. 

Et le joueur turc de 28 ans a pleinement saisi sa chance pour effectuer une performance historique. En 37 minutes et au terme d’un match maitrisé de bout en bout par son équipe, Kanter en a profité pour inscrire 24 points mais surtout capter 30 rebonds dont 12 offensives ! 

Record personnel et de carrière

Avant cette performance, ils n’étaient que 3 joueurs dans les 20 dernières années à avoir atteint la barre des 30 rebonds en un match : Dwight Howard en 2018, Andrew Bynum en 2012 et Kevin Love en 2011. Avec ces 30 rebonds, Enes Kanter a également signé un nouveau record pour sa franchise, dépassant Sidney Wicks et ses 27 rebonds en 1975. Le record personnel de Kanter se trouvait lui à 26. 

"J'étais tellement heureux quand j'ai regardé le banc et que tout le monde était debout, tout le monde encourageait, tout le monde souriait, tout le monde soutenait ses coéquipiers. C'est ce que nous sommes tous", a déclaré Kanter après la partie à ESPN. "C'est ce qu'est le basket des Blazers, se soutenir les uns les autres."

Un ennemi en Turquie

Le Turc est une véritable machine à rebonds et l’un des meilleurs dans cette tâche en NBA. Il pourrait faire la fierté de son pays, la Turquie mais c’est plutôt l’inverse. Il est même considéré comme un ennemi du régime de Recep Tayyip Erdogan. Grâce à sa médiatisation, il n’hésite pas à égratigner le président turc, que ce soit sur les réseaux sociaux ou en interview. 

La guerre médiatique est tellement forte que celui qui a vu le jour en Suisse n’ose même plus se rendre en Turquie, par crainte pour sa propre vie. Son père a déjà été arrêté et Kanter a vu son passeport turc être annulé. Ankara a même déjà demandé à Interpol de le faire arrêter. 

En 2019, il refuse d’accompagner son équipe, les Knicks, à Londres pour un match de NBA délocalisé. Il avoue avoir peur de se faire tuer par des espions turcs. Mais le joueur ne se laisse pas abattre par la situation et poursuit son aventure aux USA alors que ses performances n’ont quasiment aucun écho dans son pays d’origine.