Suite à l’enquête sur le possible truquage de matchs disputés sur CS:GO, menée conjointement par l’ESIC, la commission d’intégrité pour l’e-sport, et le FBI , l’ESEA a annoncé en fin de semaine passée le bannissement de cinq joueurs concernés par l’affaire.

 

C’est suite à la fuite d’une piste audio datant d’octobre 2020 que toute cette affaire avait démarré. Dans cette dernière, on pouvait entendre plusieurs membres de la Team Rebirth discuter des meilleurs manières de renverser le cours de deux matchs de la Mountain Dew League, une ligue appartenant à ESEA. L’audio ciblant spécifiquement des matchs disputés face à l’équipe Russian Canadians, il est donc plus que probable que certains joueurs du roster étaient aussi prêts à truquer les matchs.

Au cours de la semaine dernière, Ian Smith, le commissaire de l’ESIC a déclaré que plusieurs joueurs de la MDL auraient été soudoyés par des personnes extérieures, ainsi que par des syndicats de paris, dans le but de réaliser un profit substantiel grâce à des matchs dont ils connaissaient le résultat à l’avance.

En conséquence, l’ESEA a annoncé ce 3 avril que les trois membres concernés de Team Rebirth ainsi que les deux joueurs de Russian Canadians ont été bannis de toute compétition ESEA, avec effet immédiat, et ce jusqu’à la fin de l’enquête au minimum. « Dans le cadre de l’ enquête ESIC en cours, nous suspendons les joueurs de Team Rebirth de toutes les compétitions jusqu’à ce que l’enquête soit terminée », a annoncé l’ESEA dans un communiqué diffusé sur Twitter.

Voici la liste des joueurs bannis à ce jour :

– Sebastian “retchy” Tropiano (ChocoCheck)
– Kevin “4pack” Przypasniak (Inactive)
– Carson “nosraC” O’Reilly (ChocoCheck)
– Alex “vek” Voynov (OCG)
– David “J0LZ” Jolin (OCG)

Les structures dans lesquelles évoluent ces joueurs (OCG et Chococheck) ont pour la plupart d’ores et déjà remercié les concernés, à l’exception de Carson “nosraC” O’Reilly et Kevin “4pack” Przypasniak, qui auraient entamé une procédure avec leur équipe auprès de l’ESIC afin de déterminer les faits reprochés. Quant au futur de ces deux organisations en ESEA Premier Saison 36, celui-ci reste assez flou. Si les Chococheck pourraient avoir la possibilité de faire jouer des remplaçants déjà enregistrés dans l’équipe, le scénario risque d’être différent pour OCG qui ne disposait pas de remplaçants suffisants pour combler le manque.

Il faut dire que l’intégrité des matchs, sur lesquels parient souvent de nombreux téléspectateurs, est un problème de taille pour les organisateurs de tournois comme ESEA. C’est d’ailleurs pour cette raison que le FBI s’est lui aussi saisi de l’affaire et mène l’enquête en collaboration avec l’ESIC. Toute affaire liée à des jeux d’argent peut en effet être prise en charge par le bureau fédéral d’investigation sous couvert de la loi RICO, opérant contre le racket. De son côté, la société Riot Games a elle aussi lancé une enquête interne. Et pour cause, de nombreux anciens joueurs professionnels sur CS:GO continuent d’affluer vers le FPS Valorant en quête d’une nouvelle carrière. Certains, déjà présents sur le FPS de Riot Games, pourraient être concernés et c’est donc pour ça que le studio californien a décidé de s’en mêler.

Quoi qu’il en soit, l’ESIC et le FBI ne devraient pas tarder à remettre leur rapport, et certains observateurs de la scène craignent d’ores et déjà de voir plusieurs gros noms de l’écosystème nord-américain sortir du chapeau.

Copyright visuel : Valve & ESIC