L’ancien Diable Rouge Steven Defour, 32 ans, a annoncé la nouvelle hier sur ses réseaux sociaux: il rangera définitivement ses crampons à la fin de la saison. Véritable talent du football belge, le joueur passé par le Standard et Anderlecht a longtemps été freiné par des blessures et n’a sans doute pas eu la carrière qu’il aurait dû avoir.
Clap de fin pour Steven Defour. Le milieu de terrain du KV Malines prendra sa retraite sportive à la fin de cette saison, las de supporter ses pépins physiques. “C'est donc à la fin de la saison que je raccroche mes chaussures au clou. En raison des circonstances, vous devez parfois faire des choix plus rapidement que prévu. La douleur physique quotidienne m'a empêché de fournir les performances que j'attends de moi”, a-t-il posté sur Instagram.

Soulier d’or à 19 ans

Ce sont les premières années de la carrière du Malinois qui furent ses plus belles. Après un transfert houleux en provenance de Genk, Defour rejoint le Standard en 2006. Capitaine des Rouches dès ses 19 ans, il emmène le club liégeois vers les sommets à la fin des années 2000, décrochant deux titres de champions, une Coupe de Belgique et un Soulier d’or.

Au Standard, il brille également sur la scène européenne et attire l’intérêt de grosses écuries. A l’époque, Sir Alex Ferguson veut même en faire le successeur de Paul Scholes. Mais en septembre 2009, Defour se fracture le métatarse et est écarté des terrains pour plusieurs mois. Un premier coup dur pour le jeune joueur, qui peinera à retrouver son niveau d’antan et ne connaîtra pas le même destin que ses comparses Axel Witsel et Marouane Fellaini dans l’entrejeu liégeois.

Comme il l’avouera plus tard, l’ancien Genkois se laisser aller à quelques excès durant cette période, écumant notamment les boîtes de nuit et se concentrant moins sur le football. Son hygiène de vie pas toujours compatible avec le plus haut niveau, comme le révéleront certains membres de son entourage, expliqueront également en partie ses difficultés à percer au plus haut niveau.

Une parcours miné par les blessures

En 2011, c’est finalement à Porto qu’atterrit celui qui, à 23 ans, compte déjà pas loin de 30 sélections avec les Diables Rouges. Il n’y sera jamais vraiment indiscutable et, après trois saisons, fera un retour fracassant en Belgique à Anderlecht, s’attirant les foudres des supporters liégeois, qui se mettent à haïr leur ex-idole autant qu’ils l’ont adorée.

Chez les Mauves, il montre de belles choses et gagne un transfert pour la Premier League chez le promu Burnley. Après une saison mitigée, il parvient à s’imposer comme l’un des cadres de son équipe lors de la saison 2017-2018 et retrouve peu à peu son meilleur niveau. Mais cette fois, c’est une blessure au genou qui stoppe son élan. Il ne stoppe sa folle année et le prive de Coupe du monde en Russie. Il ne portera plus jamais le maillot des Diables Rouges, avec lesquels il totalise 50 sélections.

Après une saison minée par une nouvelle blessure, il tente de se relancer à l’Antwerp. Mais il ne convainc pas Luciano D’Onofrio de le conserver et, libre de tout contrat, il signe son retour au FC Malines, là où tout avait commencé pour lui 17 ans plus tôt. Histoire de boucler la boucle d’une carrière dont on ne peut s’empêcher de penser qu’elle aurait pu tourner autrement.