Trois semaines après le début de l’ESL Pro League 13, on connait désormais les équipes qualifiées en play-offs. On vous propose donc un petit résumé des principaux évènements qui ont marqué la phase de groupes afin d’être le mieux préparé possible pour les play-offs qui démarrent dès cette après-midi.

Pour cette édition, c’est un total de 24 équipes ont été sélectionnées et qui sont désormais en compétition pour une cagnotte de plus de 600 000 euros.Parmi elles, on retrouve bien entendu les équipes partenaires de la ligue mais aussi d’autres rosters ayant obtenu un ticket grâce aux différents circuits qualificatifs. Les équipes ont été réparties en quatre groupes, et chaque équipe a disputé un total de cinq matches. Tous les matchs se déroulent en ligne cette année : normalement, les barrages auraient dû avoir lieu à Malte, mais ces plans ont été contrecarrés par la pandémie. Le format complet se trouve dans cet article.

Groupe A

Ce groupe ne contenait pas moins de trois équipes dont le roster a subi de grandes modifications avant le début de la compétition. FunPlus Phoenix comptait sur l’ex-membre de l’ENC Miikka ‘suNny’ Kemppi pour les mener aux playoffs. Les Danois de chez Heroic commençaient leur premier tournoi avec Ismail “refrezh” Ali et Rasmus “sjuush” Beck, tandis que du côté d‘OG, on comptait sur Nikolaj ‘niko‘ Kristensen pour remplacer Nathan ‘NBK-‘ Schmitt, mis à pied récemment.

Le grand gagnant du groupe A était finalement Heroic. Les Danois, avec leurs nouveaux joueurs, ont immédiatement remis l’église au milieu du village, remportant tous les matchs de la phase de groupe, sous la direction de Casper “cadiaN” Møller. Le transfert de Funplus Phoenix se révélait également une bonne surprise. SuNny a mené son équipe à la troisième place grâce à des victoires contre OG, BIG et Renegades.

L’équipe assez hétéroclite de Complexity a cherché et a finalement trouvé la confirmation dont elle avait tant besoin. Le roster, un mélange de Danois, de Bulgares, d’Australiens et d’Américains, a en effet su prouver sa juste valeur. Grâce aux bonnes performances de Benjamin ‘blameF‘ Bremer et de Valentin ‘poizon‘ Vasilev, Complexity a terminé à la deuxième place du groupe.

BIG fut sans aucun doute la plus grande déception de ce premier groupe. L’été dernier, les Allemands sont sortis de nulle part pour atteindre la première place du classement mondial HLTV. La dernière place dans le groupe A semble avoir mis un terme à cette période. Les troupes de TabseN ont été éliminées à Katowice et dans l’ESL Pro League, elles n’ont pu battre que Complexity, une bien maigre consolation.

Groupe B

Le groupe B a vite été nommé comme le groupe européen de la mort. Avec des noms comme Vitality, G2, ENCE et Faze, décrocher une place en play-offs ne s’annonçait pas comme une tâche facile. Dans la pratique, ce groupe fut principalement dominé par G2. L’organisation française qui a d’ailleurs récemment changé de cap en disant adieu à la légende de Counter-Strike, KennyS. Avec le retour d’Audric ‘JaCkz‘ Jug et de Nikola ‘NiKo‘ Kovac comme AWPer, la qualification était à leur portée.

Les attentes élevées furent largement satisfaites. G2 terminait à la deuxième place du groupe, malgré des revers contre mousesports et ENCE. Grâce à quelques pirouettes face à G2 et Vitality, ENCE assurait également sa place au prochain tour. À noter, l’Israélien Lotan ‘Spinx‘ Giladi étonnait lors des qualifications avec un ADR de 96,6 lors du match contre G2.

La surprise du groupe B venait de Ninjas In Pyjamas. L’élimination précoce à l’IEM Katowice semble avoir fait le ménage dans l’esprit des joueurs du roster suédois. Après une défaite contre G2, Ninjas In Pyjamas prenait le maximum de points contre le reste de ses adversaires. Avec Heroic comme vainqueur du groupe A, le match pour les demi-finales est devenue une affaire scandinave.

De leur côté, FaZe et mousesports obtenaient tous les deux des résultats décevants. Avec Finn ‘karrigan‘ Andersen aux commandes, FaZe ramenait une vieille connaissance sous les projecteurs en lui donnant le brassard de leader. La super-équipe européenne a cependant encore beaucoup de travail à faire, car G2, NIP et Vitality se sont tous avérés trop forts. Karrigan & co réussissaient à battre mousesports, qui terminait le groupe avec une seule victoire. Mettre le vétéran du CS Chris ‘chrisJ‘ de Jong sur le banc était un choix audacieux et ses remplaçants n’ont visiblement pas encore comblé les lacunes laissées par le départ du joueur.

Groupe C

Les fans sud-américains de CS:GO avaient placé tous leurs espoirs dans ce groupe C. Avec Furia, MIBR et TeamOne, ce groupe était clairement le plus important pour les fans qui espéraient une qualification sud-américaine. Le derby de l’Europe de l’Est entre Gambit et Natus Vincere était un autre affrontement à attendre avec impatience. Parmi toutes ces équipes, Cloud9 faisait un peu office d’intrus. L’organisation américaine, après avoir obtenu un relooking complet, a depuis lors dû faire face à des résultats décevants.

Des deux équipes CIS, Gambit fut clairement la meilleure. Les vainqueurs de l’IEM Katowice sont restés en tête durant toute la phase de groupe, même si quatre des cinq matchs se sont décidés sur une troisième carte. Dans le topper contre Na’Vi, Gambit cédait Dust2 en prolongation, mais les Russes récupéraient sur Mirage et Overpass pour inscrire le score final de 2-1. NaVi terminait finalement troisième après des victoires contre MIBR et TeamOne.

Le grand perdant de ce groupe s’appelle Cloud9. Le projet de prestige américano-britannique n’a pas été à la hauteur des attentes. Deux jours après avoir été éliminée de l’ESL Pro League, l’organisation a même annoncé qu’elle mettait son projet CS:GO en pause. Tous les joueurs, y compris le manager et l’ex-caster Henry “HenryG” Greer, ont été suspendus.

Groupe D

Le groupe D devait être l’anti-chambre d’une possible performance pour les équipes nord-américaines. Si l’objectif pour Team Liquid et Evil Geniuses était de survivre à cette phase de groupes, la tâche s’annonçait plus compliquée que prévue avec des compagnons comme Astralis ou Virtus.pro.

L’équipe Liquid s’en est bien sortie, avec des victoires 2-0 contre Endpoint et fnatic. Dans le derby contre EG, FalleN, leader in-game pour les Liquid, a mené son équipe à la victoire. Astralis, en revanche, était un peu trop fort : les Américains perdaient après deux prolongations contre Overpass et Dust2. L’équipe de Jason ‘moses‘ O’Toole s’est assurée la deuxième place après une victoire âprement disputée contre Virtus.pro.

Après l’élimination précoce contre Gambit à Katowice, Astralis semble avoir retrouvé son ancien niveau de jeu, celui qui a forgé leur réputation. Les Danois rebondissaient après une première défaite 1-2 contre EG avec des victoires contre Team Liquid, Virtus.pro, Endpoint et Fnatic. En toute logique, Astralis terminait donc premier du groupe.

Play-offs

Les premiers matchs des play-offs commencent dès aujourd’hui. Tout comme la phase de groupe, chaque match consistera en un Bo3. Et sans plus attendre, voici le programme de ce week-end :

– 2 avril, 19h00: G2 – Team Liquid
– 3 avril, 15h30: Complexity – NaVi
– 3 avril, 19h00: Virtus.pro – ENCE
– 4 avril, 15h30: Gagnants du 2 avril
– 4 avril, 19h00: Gagnants du 3 avril

Copyright visuel : ESL Gaming