Buteur contre la Biélorussie, Michy Batshuayi a une nouvelle fois montré que l'on pouvait compter sur lui quand Romelu Lukaku n'était pas sur la pelouse avec les Diables Rouges. Une donnée qui contraste avec la situation du joueur en club où il peine depuis de nombreuses années à s'imposer.
Quatorze minutes. C'est le temps que Michy Batshuayi aura mis pour débloquer la situation ce mardi pour la Belgique face à la Biélorussie. Le remplaçant de Romelu Lukaku, mis au repos pour cette troisième rencontre qualificative en une semaine, aurait déjà pu ouvrir le score quelques minutes plus tôt s'il n'avait pas trop centré son tir alors qu'il se trouvait à l'entrée du petit rectangle. Qu'à cela ne tienne ! La rose plantée par l'attaquant de Crystal Palace, d'un tir foudroyant dans la lucarne, a lancé les Diables Rouges vers un succès prolifique et, surtout, vers la première place du groupe E.

Des stats hallucinantes

Depuis la fin de la Coupe du monde 2018, l'ancien buteur du Standard de Liège a porté la vareuse de notre équipe nationale à 14 reprises. En 9 titularisations, il a inscrit pas moins de 14 buts. Sur ses 6 derniers matchs, il a d'ailleurs toujours marqué quand il débutait la rencontre. C'est la raison pour laquelle, entre autres, Roberto Martinez n'hésite jamais vraiment longtemps au moment de choisir le joueur qui doit suppléer Romelu Lukaku, le meilleur buteur de l'histoire de notre sélection et indiscutable à son poste.

Ce qui est surprenant, c'est la faculté avec laquelle Michy Batshuayi répond toujours quand le sélectionneur a besoin de lui. Sur le banc lors des 4 dernières rencontres avec la Belgique, l'attaquant de 27 ans s'est distingué par un but mais aussi un assist contre le Belarus. Ce fut également le cas par le passé, comme en novembre dernier face à la Suisse où, après avoir tenu le rôle de remplaçant pendant deux matchs de Ligue des Nations, il avait réalisé un doublé en amical pour offrir la victoire aux Diables. Ses statistiques sont tout simplement impressionnantes avec un bilan de 22 buts inscrits en 33 duels disputés.

Un manque de confiance en club

Dans la hiérarchie de Roberto Martinez, 'Batsman' est donc en deuxième position derrière Lukaku mais, surtout, devant Christian Benteke ou encore Divock Origi. Pourtant, en club, sa situation est tout autre. Partenaire de Benteke à Crystal Palace, Michy est contraint de regarder son compatriote enfiler les matchs pendant que, de son côté, Roy Hodgson ne lui accorde qu'un (très) faible temps de jeu.

"En équipe nationale, ce n’est pas pareil car le système et le coach sont différents. Chez les Diables, j’ai la confiance de l’entraîneur, pas là-bas. Roberto Martinez me parle souvent. Je n’ai pas envie de le décevoir donc je me donne à 200 %", explique Michy Batshuayi.

Auteur d'un seul but cette saison avec Crystal Palace, le natif de Bruxelles voit sa présence en équipe nationale comme une "bouffée d’énergie". Le Belge a surtout toujours eu besoin d'affection et de chaleur, comme ce fut le cas au Standard, à Marseille ou à Dortmund, où il a toujours performé. Et si la suite de sa carrière ne dépendait que de ce paramètre, d'un travail de réflexion plus important sur le choix d'un club qui lui permettra avant tout de s'épanouir et de se sentir pleinement en confiance ?