Planckaert... Si vous aimez le cyclisme, ce nom doit forcément vous dire quelque chose. Il faut dire que la famille a occupé les palmarès des classiques et des grands tours pendant deux bonnes décennies. Willy, Walter et Eddy Planckaert… trois destins croisés liés par une course qu'ils ont tous les trois gagnée : A Travers la Flandre. Récit...
 
C'est à Nevele, dans les prairies de Flandre Orientale, que la famille Planckaert a ses racines. L'histoire le la tribu tourne autour de la ferme familiale à laquelle le père, Gaston et la mère, Gusta, ont ajouté fort opportunément un petit café, ça peut toujours servir pour les supporters et pour arrondir les fins de mois. Il faut dire que l'endroit est devenu un lieu de culte depuis que deux des trois fils Planckaert ont gagné le Tour des Flandres. Le paternel, mort des suites d'un accident de voiture, ne verra jamais ses deux rejetons remporter la 'Vlaanderens mooiste'...
 
Mais le terrain de chasse des Planckaert, les trois frères les plus célèbres que le peloton belge ait jamais porté, ne s'est pas arrêté au Ronde. 400 victoires au total pour la fratrie, ça laisse quelques traces sur les tablettes. Mettons ensemble un peu d'ordre dans les biographies et les palmarès. Un Planckaert, d'accord, mais lequel?
 
Willy montre la voie sur les grands tours
 
Willy Planckaert, l'aîné de la fratrie, né en 1944, est celui qui a montré la voie, mais certainement pas celui qui a le palmarès le plus riche des trois. Et pourtant, il compte pas moins de 79 victoires pro à son tableau de chasse... Dans son armoire à trophées trône le maillot vert du Tour 1966, deux étapes de la Grande Boucle la même année et trois étapes du Giro en 1967. Il est un peu moins performant sur les classiques malgré des top 10 au Tour des Flandres, à Roubaix et dans la Doyenne.
 
Walter, un premier Tour des Flandres dans la famille
 
Walter Planckaert, 4 ans plus jeune que son aîné, possède lui un palmarès très enviable sur les classiques avec l'Amstel en 1972, le Tour des Flandres et le Grand Prix de l'E3 en 1976, deux succès dans Kuurne-Bruxelles-Kuurne (1973 et 1979) et une victoire d'étape dans le Tour 1978. Vainqueur du Tour de Belgique, il a également remporté des étapes de Tirreno-Adriatico, du Dauphiné, des Quatre Jours de Dunkerque pour un total de 74 victoires professionnelles. Deuxième de Liège-Bastogne-Liège, de Gand-Wevelgem et du Circuit Het Volk, 4e à Paris-Roubaix, à Milan-San remo ou à la Flèche Wallonne, Walter était performant sur tous les terrains.
 
Eddy, cadet et roi de la dynastie
 
Né 1958 et donc 14 ans plus jeune que son grand frère Willy, Eddy Planckaert est le seul à avoir inscrit son nom à deux monuments du cyclisme. Il gagne le Ronde en 1988 en battant facilement l'Australien Phil Anderson au sprint avant de s'imposer à Roubaix, 2 ans plus tard, en battant toujours au sprint, mais cette fois d'un pneu, le Canadien Steve Bauer (notre photo) dans un groupe qui comprenait également Edwig Van Hooydonck, Jean-Marie Wampers, Gilbert Duclos-Lassalle et Martial Gayant.
 
Eddy Planckaert possède un palmarès d'une richesse à faire rêver n'importe quel pur Flandrien avec en outre deux Circuits Het Volk (1984 et 1985), deux Grands Prix E3 (1987 et 1989) et une Flèche Brabançonne (1983) dans son escarcelle.
 
Il a également signé, excusez du peu, 13 victoires dans les grands tours : 2 au Tour de France (avec le maillot vert à Paris en 1988), une au Giro et 10 à la Vuelta, remportant au total 103 succès pro.
 
Il a enlevé des étapes de Paris-Nice, de Tirreno-Adriatico, des Trois jours de la Panne, des Quatre Jours de Dunkerque, de la Semaine Catalane et a remporté le Tour de Belgique en 1984, comme Walter sept ans plus tôt.
 
Partage de frères à Dwars door Vlaanderen
 
Même si la course s'est d'abord appelée A Travers la Belgique (Dwars door België) jusqu'en 2000, c'est bien la semi-classique Dwars door Vlaanderen (A travers la Flandre) qui symbolise l'extraordinaire réussite de la famille Planckaert sur les flandriennes. Disputée le mercredi qui précède le Ronde, cette course offre une répétition générale idéale aux favoris en empruntant plusieurs monts et tronçons pavés du Tour des Flandres. Eikenberg, Taaienberg, Oude Kwaremont, Paterberg et Nokereberg sont souvent au menu.
 
En 1976, c'est Willy qui remporte l'épreuve et se retrouve même sur le podium aux côtés de son frère Walter, troisième. Le même Walter prendra sa revanche, l'année suivante, en s'imposant devant Eric Leman. Walter sera encore deuxième en 1979 avant de s'imposer pour la seconde fois, en 1984. Pour clôturer la série, Eddy s'imposera en 1985 devant Eric Vanderaerden bouclant ainsi la série de succès des Planckaert sur la course. 
 
Croyez-le ou non mais en 1993 et en 2002, Jo Planckaert, le fils de Willy, terminera même deux fois à la troisième place de Dwars door Vlaanderen, achevant ainsi l'incroyable saga des Planckaert sur cette course (4 victoires et huit podiums).
 
Les autres familles Planckaert
 
Pour être complet, on mentionnera aussi deux autres familles Planckaert, qui n'ont rien à voir avec la précédente mais qui ont aussi lié leur nom au sport cycliste.
 
Le souvenir de Joseph 'Jef' Planckaert n'est sans doute plus très vivace dans les mémoires des amateurs de cyclisme aujourd'hui et pourtant, aux côtés d'Eddy Merckx, de Lucien Van Impe, d'Herman Van Springel, de Ferdinand Bracke et de Jürgen Van den Broeck, il est un des six Belges à être monté sur le podium du Tour lors des 60 dernières éditions.
 
Largement oublié, ce gaillard terminait en effet deuxième du Tour de France 1962, montant sur le podium de la Grande Boucle en compagnie de Jacques Anquetil et de Raymond Poulidor. Libéré par l'abandon de son leader Rik Van Looy, il arrachait le maillot jaune des épaules de Tom Simpson à l'issue du chrono en montagne de Superbagnères, lors de la 13e étape. Seulement battu par Federico Bahamontes dans cette montée de 18,5 km, il se paye le luxe de devancer Anquetil, Charly Gaul et Poulidor. Il abandonnera sa tunique de leader lors de la 20e étape, un autre contre-la-montre à deux jours de l'arrivée, entre Bourgoin et Lyon, remporté par Maître Jacques, qui gagne le Tour avec 5 minutes d'avance sur Planckaert. Jef Planckaert n'était pas là par hasard, lui qui avait déjà achevé les Tour 1958 (6e) et 1960 (5e) dans le top 6.
 
Joseph Planckaert a également remporté le Championnat de Belgique (1962) à la Citadelle de Namur, Liège-Bastogne-Liège (1962), Het Volk (1958), Paris-Nice (1962), deux fois Kuurne-Bruxelles- Kuurne (1955 et 1960) et trois fois les Quatre Jours de Dunkerque (1957, 1960, 1963). Troisième d'un Milan-San Remo, et deuxième d'une Flèche Wallonne, le citoyen de Poperinge nous a quittés en 2007, à l'âge de 73 ans. Son frère André, également cycliste pro est resté nettement plus discret en terme de palmarès.
 
Enfin, les Planckaert de Courtrai, dont deux frangins sont toujours actifs dans le peloton actuellement avec Baptiste (32 ans, Wanty) et Edward (26 ans, Alpecin), auxquels il faut ajouter Emiel, retraité à 24 ans (anciennement chez Sport Vlaanderen), ont eux aussi réussi à se faire une petite place dans l'histoire du vélo.
 
Vidéo : Un document exceptionnel sur le Tour de France 1962, filmé par le grand cinéaste Louis Malle et où l'on découvre le podium final de cette Grande Boucle avec Jef Planckaert, Anquetil et Poulidor.
 
 


Video : Amstel Gold Race 1972. Walter Planckaert remporte la classique hollandaise en battant De Geest et Zoetemelk au sprint. Son frère aîné Willy est cinquième à 14 secondes. Walter court sous le maillot Watney-Avia alors que son frère défend les couleurs de Goldor-Ijsboerke.