Les Belges ont souffert mais reviennent de Prague avec un point au terme d’une partie qui s’est soldée par un partage 1-1. Menée, la Belgique a une nouvelle fois pu compter sur Romelu Lukaku pour ne pas connaitre la défaite lors de la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde.

Le déplacement ce samedi en République tchèque sentait le match piège à plein nez et rapidement, on a compris que la soirée des Diables rouges ne serait pas facile. Malgré l’absence de leurs titulaires évoluant en Bundesliga à cause des restrictions liées à la pandémie de Covid-19, les Tchèques prenaient le contrôle du jeu et se créaient de multiples possibilités. Krmencík, joueur du Club de Bruges prêté au PAOK Salonique, trouvait même le montant en première période. 

Au retour des vestiaires, Lukáš Provod profitait des largesses défensives belges pour ouvrir le score. Comme face au Pays de Galles mercredi, les Diables sont menés. Mais encore une fois, ils vont revenir quelques minutes plus tard. Sur un parfait service de Kevin De Bruyne, Lukaku se joue de Celustka et trompe Vaclik. De Bruyne trouve ensuite le montant mais ce sont bien les locaux qui passent à côté de la victoire avec une barre transversale de Boril et un sauvetage d’Alderweireld sur sa ligne dans les dernières secondes. C’est un bon point de pris par les Diables qui peuvent une nouvelle fois remercier Lukaku. 

Une bouée de sauvetage pour la défense 

Romelu Lukaku n’a pas connu un match facile. Le pressing tchèque a clairement mis notre équipe nationale en difficulté, l’empêchant de développer son jeu au sol et dans les espaces. A la place, les hommes de Roberto Martinez, surtout le trio défensif, ont abusé de longs ballons. Ils ne voulaient pas prendre de risque face à l’énergie déployée par les Tchèques. 

Et ces longs ballons avaient comme cible prioritaire "Big Rom". Certes, il n’a pas gagné tous ses duels, mais il a malgré tout aidé son équipe quand il le faisait. Soit en déviation, soit en conservation du ballon, il permettait au bloc belge de remonter le terrain. Là où il y a quelques mois, les détracteurs de l’attaquant de 27 ans s’en donnaient à coeur joie pour critiquer son jeu dos au but, difficile de ne pas constater les énormes progrès réalisés dans ce domaine. Sur le match de ce samedi, on peut ajouter le travail défensif de l’attaquant de l’Inter qui a soulagé la Belgique sur les phases arrêtées en faveur des joueurs locaux. 

Un bon ballon, un but 

Un grand attaquant n’a pas besoin de beaucoup de ballons pour faire trembler les filets. En inscrivant son 59e but avec la vareuse nationale, Lukaku a prouvé qu’il faisait partie de cette catégorie de joueurs. A l’heure de jeu, bien servi par De Bruyne, l'ancien Anderlechtois enchaînait deux crochets pour effacer son défenseur et égaliser sur sa première et seule bonne situation de la partie. Et quelques minutes plus tard, dans son style, tout en puissance, il a bien failli rendre la pareille à KDB qui manquait de réalisme à la finition après un excellent service de Lukaku. 

Avec cette réalisation, Romelu Lukaku totalise 36 buts sur ses 31 dernières apparitions avec les Diables. Avec Witsel et Hazard incertains pour l’Euro, il ne faudrait pas qu’il arrive quelque chose à notre numéro 9 d’ici le mois de juin, sous peine de sérieusement compromettre nos chances.