Après plusieurs mois de compétition acharnée en saison régulière, la ligue européenne de League of Legends voit désormais ses play-offs se rapprocher à grand pas ! L’occasion pour nous de prendre un peu de recul afin d’analyser les différentes forces en présence et ce qui nous attend dans cette phase finale du Spring Split 2021 !

Durant neuf semaines de saison régulière, les meilleures équipes européennes de League of Legends se sont donnés le change afin de décrocher l’une des 6 places de play-offs promises aux plus performantes d’entre-elles. Le week-end dernier se jouaient les derniers matchs de la saison et nous connaissons donc depuis les différentes équipes qui auront une chance de décrocher le titre printanier !

Au sein de la rédaction, on s’est donc dit qu’une petite remise en contexte des différentes équipes et de leurs performances étaient nécessaire afin de plonger dans ces play-offs le mieux préparé possible. Qui plus est, les play-offs verront cette année trois Belges évoluer.

G2 Esports – Seed 1

Après le transfert marquant de la star de chez Fnatic, Rekkles, au poste d’AD Carry chez G2 Esports, ces derniers étaient attendus au tournant par bon nombre d’observateurs. Annoncée comme la super-team européenne dont le vieux continent avait besoin pour s’imposer sur la scène internationale, l’équipe a su convaincre. Au total, ce ne sont que 4 matchs que les ninjas auront laissé à leur adversaire. Et pour cela, ils ont du user des fortes individualités présentes au sein de l’équipe.

On notera entre autres la performance du toplaner Wunder qui nous a montré à quel point son champion pool était étendu : Ce dernier a joué pas moins de 12 champions différents tout au long de la saison, en faisant l’un des joueurs les plus polyvalents à son poste. Rekkles, de son côté, nous a encore une fois démontré son talent sur des champions tels que Jhin, qu’il a joué 8 fois pour un total de 7 victoires. C’est donc le champion que la formation aura le plus utilisé durant la saison régulière, et vu son état actuel, il n’y a nul doute qu’on risque de le revoir durant ces play-offs.

Si l’intégration de Martin “Rekkles” Larssen, d’un naturel plutôt sérieux, au sein des G2 avait donc posé question en début de saison, il semble donc que la sauce ait pris entre le Suédois et ses collègues, dont certains le connaissaient déjà, à l’image du midlaner Caps. Les Ninjas ont donc réussi à sécuriser la première place et ont donc un spot de premier choix dans cet arbre final. Placés face à Schalke 04 dans le winner bracket, ils n’auront qu’un match à gagner pour avancer vers les demi-finales.

Rogue – Seed 2

La deuxième équipe à s’être qualifiée pour les play-offs, c’est Rogue. Au coude à coude avec G2 Esports durant l’entièreté de la saison, le roster n’aura pourtant pas sur s’imposer face au leader du championnat. L’affrontement aura au moins eu le mérite de nous offrir l’une des rencontres les plus serrées de la saison, qualifié de véritable banger par les observateurs de la scène.

Ils étaient décrits comme l’équipe à suivre lors du début de saison, et ont bel et bien confirmé ce statut, jusqu’à devenir l’une des équipes dominantes de ce segment printanier. Un rapide coup d’oeil au classement du KDA des joueurs de LEC suffit à comprendre la détermination du roster Rogue. En effet, bien que cette statistique n’ait que peu de valeur stratégique, la présence de 3 joueurs Rogue (Larssen, Odoamne et Hans Sama) au sein du top 5 est tout de même révélatrice. Ce dernier a d’ailleurs réalisé un magnifique segment, prouvant à de nombreuses reprises qu’il fait bel et bien partie des meilleurs joueurs à son poste en Europe.

MAD Lions – Seed 3

Arrivés troisième en saison régulière, les MAD Lions ont pourtant enchainé des performances d’un niveau très variable. Après avoir remplacés Orome et Shadow par Armut et Elyoya durant l’entre-saison, l’équipe semble avoir eu un peu de mal à trouver son rythme. Malgré tout, les jeunes rookies, qui n’en sont plus tant que ça, ont réussi à se frayer un chemin au travers de certaines équipes qui semblaient compliquer à faire tomber pour le roster.

On se rappelle notamment du match de super-week contre G2, où l’équipe a su prendre l’ascendant sur un adversaire qui semblait pourtant hors de portée. La stratégie d’avoir gardé une partie du roster, pour garder une certaine cohésion d’équipe, et de le compléter avec de nouveaux talents semble donc avoir porté ses fruits pour les lions, surtout quand on connait l’ambiance géniale qui régnait au sein du roster lors de la saison précédente.

Schalke 04 – Seed 4

Pas de miracle run pour Gillius et ses collègues durant cette saison, mais il aura fallu s’accrocher dans l’organisation allemande pour aller chercher cette qualification. Après un début de saison satisfaisant, l’équipe a connu un gros passage à vide de la 4ème à la 7ème journée de championnat, enchainant sept défaites d’affilée. Heureusement, le roster a su rebondir pour venir accrocher une qualification en play-offs.

Renforcé par le toplaner BrokenBlade, venu tout droit de chez TSM lors de l’entre-saison, l’équipe est désormais sous pression après les récentes rumeurs entourant la revente du slot LEC par l’organisation allemande, qui fait récemment face à de grandes difficultés financières, après une saison désastreuse en Bundesliga. Les joueurs devront donc tout donner pour prouver à leur organisation que l’équipe est capable de performer, même dans les moments plus tendus.

Fnatic – Seed 5

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Fnatic a réalisé cette saison l’une des plus grosses contre-performances de son histoire. Affaibli par le départ de Rekkles, le roster avait mis toute sa confiance en Upset, l’ancien ADC d’Astralis, et Nisqy, qui venait remplacer Nemesis, remercié après une performance décevante lors des Worlds 2020. Forcé de constater que la recette n’était peut-être pas la bonne pour une organisation qui bataillait généralement pour la première place, et qui se retrouve maintenant en 5ème position du classement général.

Mais le plus inquiétant, ce n’est pas la cinquième place, qui bien qu’elle soit un peu décevante pour une structure de la stature de Fnatic reste un bon résultat. Ce qui inquiète par dessus tout, c’est la capacité du roster de Fnatic à perdre contre des équipes qui sont d’un niveau bien inférieur au leur, démontrant que même lorsque les Fnatic sont en position de force, tout peut s’écrouler très vite. On compte cependant sur les Belge Gabriël “Bwipo” Rau et Yasin “Nisqy” Dinçer pour porter leur équipe le plus loin possible, et qui sait, se frayer un passage jusqu’en grande finale de ce segment printanier.

SK Gaming – Seed 6

Arrivés à la sixième place du classement général, les SK Gaming nous ont servi une prestation qui, par moment, a dépassé les attentes des observateurs. Composée essentiellement de jeunes rookies issus de régions mineures, à l’image de Tynx, Jezu, ou encore notre compatriote Blue, l’équipe a su prouver qu’elle avait le niveau requis pour concourir parmi les meilleurs, en témoigne cette 6ème place.

Petite tâche au tableau, et qui n’augure rien de bon pour les play-offs : la seule équipe contre laquelle le roster a remporté ses deux rencontres est MAD Lions, tandis qu’elle a remporté une victoire face à Schalke 04. Une victoire face à des géants comme Rogue ou G2 Esports semble donc compliquée à aller accrocher, mais pas impossible pour les jeunes joueurs. Placés face à Fnatic dans le loser bracket, la seule solution pour espérer un titre est de remonter l’arbre en éliminant tour à tour les perdants du bracket supérieur.

Format :

Les 6 équipes qualifiées s’affronteront dans un arbre à élimination plutôt classique. Placés en pole position, les G2 Esports se sont vus offrir le choix de leur adversaire, et c’est donc Schalke 04 qui les affrontera. De leur côté, c’est donc MAD Lions que Rogue devra défaire pour progresser dans l’arbre. Chez Fnatic et SK Gaming, plus le droit à l’erreur. En effet, versés dans le loser bracket, les deux équipes savent bien qu’une défaite est maintenant synonyme d’élimination et fera disparaitre les espoirs de titre… jusqu’à l’année prochaine

Rappelons-le, ces play-offs auront une saveur particulière pour les six équipes qualifiées. Ces dernières reprendront en effet la direction des studios de Berlin pour jouer en présentiel, et ainsi offrir le meilleur divertissement possible à la communauté. Il ne vous reste donc plus que quelques jours pour rattraper votre retard afin d’entamer ces play-offs du meilleur pied possible. Le premier round démarrera dès ce soir, avec la rencontre entre Fnatic et SK Gaming. Coup d’envoi à 18 heures.

Copyright visuel : LoL Esports