Retenu un temps à Milan en raison de cas Covid-19 au sein du noyau de l’Inter, Romelu Lukaku a failli ne pas participer aux prochaines rencontres des Diables Rouges. Pour le remplacer, Roberto Martinez aurait pu miser notamment sur Christian Benteke. De retour en forme depuis plusieurs mois, l’attaquant de Crystal Palace aura peut-être quand même l'opportunité d'aider l'équipe nationale pour cette entame des qualifications.
Les Diables Rouges ont bien failli ne pas pouvoir compter sur leur attaquant vedette contre le Pays de Galles ce mercredi. Romelu Lukaku était en effet bloqué à Milan en raison de l’explosion des cas de Covid-19 qui touchent son club. Une situation embêtante pour Roberto Martinez, qui a toujours considéré Big Rom comme son principal atout sur le front de l’attaque de l’équipe nationale.

Si finalement une solution a pu être trouvée, le sélectionneur avait d'autres solutions avec Michy Batshuayi et Christian Benteke, coéquipiers à Crystal Palace. Si le premier n’a plus joué en compétition depuis le 13 février et semble plus que jamais sur une voie de garage à Londres, le second a retrouvé une place de titulaire chez les Eagles.

Une confiance retrouvée

Après trois saisons compliquées, l’avenir de Christian Benteke à Crystal Palace semblait ne plus tenir qu’à un fil. Sa direction souhaitait le voir partir, mais le Diable Rouge, en fin de contrat en juin prochain, a retrouvé des couleurs au bon moment. Depuis le mois de décembre et son doublé contre West Brom, Benteke a regagné confiance en lui, celle de son coach et sa place dans l’équipe.

Un retour en forme qui se traduit en chiffres. Depuis le mois de décembre, l’ancien buteur de Genk et du Standard a inscrit 5 buts en 16 apparitions en championnat. Des statistiques certes moins impressionnantes que celles de sa première saison en Angleterre du côté d’Aston Villa (27 buts en 47 matchs), il y a neuf ans déjà, mais meilleures que celles des trois dernières saisons.

Aussi, l’apport de Big Ben n’est pas uniquement comptable. A Palace, le Belge se distingue également par son fighting spirit et son jeu de tête, qui lui permettent également de se rendre utile défensivement. Autant d’éléments qui ont fini de convaincre l’entraîneur Roy Hodgson d’en faire depuis quelque temps son attaquant numéro un.

Bousculer la hiérarchie

Sur sa lancée, Benteke veut retrouver du temps de jeu en équipe nationale. Longtemps titulaire avant sa baisse de régime couplée à l’explosion de Romelu Lukaku, Benteke a dégringolé dans la hiérarchie des attaquants pour finir par être considéré comme le troisième voire quatrième choix ces dernières années.

Mais les choses pourraient bientôt changer. Bien qu’il ne déçoive jamais en équipe nationale, Batshuayi est actuellement en manque de rythme et Benteke devrait en toute logique recevoir sa chance lors des prochaines échéances. Privé de Mondial 2018, celui qui n’a eu droit qu’à 22 minutes en amical sous le maillot des Diables en 2020 compte bien saisir l'opportunité de prouver à tout le monde, Roberto Martinez en premier lieu, qu’il est bel et bien de retour.

La rencontre Belgique – Pays de Galles sera à suivre sur La Une dès 20h20 le mercredi 24 mars.