Aretha Franklin: voix de la soul, de la lutte pour les droits civiques et du féminisme

On se rappellera toujours d’Aretha Franklin comme la Reine de la Soul. En 60 ans de carrière, elle a remporté 18 Grammy Award et a été la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame. En plus d’être devenue une icône de la musique, Aretha Franklin fut une militante des droits civiques aux côtés de Martin Luther King et une pionnière du mouvement féministe. 

La disparition d’Aretha Franklin, le 16 août 2018, fut un tremblement de terre pour le monde de la musique mais aussi pour l’histoire des États-Unis, qui a été marqué par son militantisme pour les droits civiques et son combat pour les droits des femmes. La Reine de la Soul s’est éteinte à l’âge de 76 ans des suites d’un cancer du pancréas contre lequel elle s'est battue pendant 8 ans. Aretha Franklin est considérée comme la chanteuse afro-américaine la plus influente du XXe siècle. 

Militante pour le droit des Noirs

Son engagement dans l’émancipation de la communauté afro-américaine, elle le doit essentiellement à son père. Le révérend Franklin était un pasteur, grande star du gospel et proche du pasteur Martin Luther King. En 1963, il est à l'origine, à Détroit, de la plus grande marche jamais organisée au États-Unis. Martin Luther King y cite pour la première fois son célèbre discours ‘I Have a dream’.  Baignée très jeune dans cet environnement de contestation, Aretha Franklin n’a fait que transporter ce flambeau à travers son succès et sa musique. 

En 1967, le titre ‘Respect’ voit le jour. Cette reprise d’un tube d’Otis Redding est devenue grâce à Aretha Franklin un hymne contre les mouvements politique raciaux et sexistes de l’époque. La chanson a rassemblé de nombreux Noirs américains, hommes et femmes à combattre pacifiquement pour l’égalité des droits. "Respect, c’était un besoin pour toute une nation, pour l’homme et la femme de la rue, le businessman et la mère de famille, le pompier et l’enseignant. Tout le monde exigeait le respect. C’était également le cri de ralliement du mouvement pour les droits civiques", écrit Aretha dans ses Mémoires. À l’âge de 16 ans, la jeune chanteuse accompagne Martin Luther King dans ses tournées. Elle avait également chanté aux funérailles de celui qui représente la lutte contre le ségrégationnisme. Elle y interprète 'Take My Hand, Precious Lord’, la chanson préférée du révérend. Toute sa vie, elle a contribué comme elle le pouvait à la défense de ses principes. Elle a participé à la libération de l’activiste Angela Davis. Elle avait proposé de payer la caution de la militante. Cette dernière avait été accusée d’avoir participé à la prise d’otage d’un juge californien qui a causé la mort de quatre personnes. La légende de la soul a également donné argent et conseils aux militants américains pour les droits civiques. 

"Quand elle chantait, elle incarnait ce pour quoi nous nous battions et sa musique nous renforçait. Elle nous revigorait", se remémore l'élu du Congrès John Lewis, autre figure historique du mouvement NAACP, la grande organisation de défense des droits civiques. "Elle était comme une muse dont les chansons nous donnaient la force de continuer. Sa musique nous a donné un plus grand sentiment de détermination pour ne jamais abandonner ni capituler et pour garder la foi." Quarante ans après les funérailles de Martin Luther King, elle a été naturellement choisie pour chanter lors de l’investiture de Barack Obama, le premier président noir de l'histoire des États-Unis.

Un modèle pour les femmes

Et puisque nous sommes au beau milieu de la semaine des droits internationales des femmes, évoquons l’hymne d’Aretha Franklin pour la cause féminine. En plus de jouer un rôle pour les mouvements politiques raciaux, le titre ‘Respect’ est également le morceau qui illustre l’esprit du ‘Girl Power’. Dans ‘Respect’, elle transforme les paroles machistes d’Otis Redding en hymne du féminisme. L’homme clame son besoin de respect de la part de la femme, respect qui lui est dû puisqu’il apporte de l’argent à la maison. Aretha Franklin bouscule ce schéma traditionnel en mettant ces mêmes mots dans la bouche d’une femme forte. Ainsi elle a apporté une nouvelle âme à la chanson.

Elle était pour des générations de femmes une icône, une inspiration, un modèle pour son combat quant à l’égalité hommes-femmes. En plus de ‘Respect’, on compte parmi ses plus grandes chansons féministes : 'Think' et 'Do Right Man, Do Right Woman'. Dans cette dernière, elle répond à la chanson de James Brown ‘It’s a Man’s Man’s Man’s World’. Femme à succès et affirmée, elle devient la première femme à entrer au Rock and Roll Hall of Fame en 1987, le panthéon américain du rock.  Elle est aussi la première femme noire à faire la Une du ‘Time’.
 

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top