Cinq choses à savoir sur Simone Signoret

Célèbre actrice française du XIXe siècle, Simone Signoret s’est également distinguée par son engagement et son refus des conventions et des clichés. Le documentaire ‘Simone Signoret, figure libre’ (ce soir à 22h40 sur Arte) dresse un portrait émouvant de cette femme forte et actrice multi-récompensée. Pour l'occasion, Proximus Pickx revient sur cinq faits marquants de sa vie. 

Née Kaminker

Simone Kaminker, de son vrai nom, est née en 1921 à Wiesbaden, une ville d’Allemagne alors sous occupation française. Son père est allemand et sa mère, Georgette Signoret, est française. Lorsqu’elle commence sa carrière au cinéma, dans les années 40, Simone prendra le nom de sa mère. C’est le réalisateur Yves Allégret, son futur mari, qui lui offre ses premiers grands rôles, comme dans ‘Dédée d’Anvers’ (1948) ou ‘Manèges’ (1950). Elle accèdera ensuite à la notoriété grâce aux films ‘Casque d’or’ (1951), ‘Thérèse Raquin (1953) ou ‘Les Diaboliques’ (1954).

Yves Montand, son âme soeur

Trois ans après son mariage avec Allégret, Simone Signoret montre déjà qu’elle n’a que faire des conventions. Elle quitte son mari après avoir eu le coup de foudre pour un jeune chanteur qui perçait à l’époque: un certain Yves Montand. Elle est issue de la bourgeoisie, lui est fils d’ouvrier: leur union fait donc jaser, mais ils se marient en 1951. Le couple devient l’un des plus people de France, et même du monde. À deux, ils partiront à la conquête de l’Amérique. Mais l’aventure sera marquée par la liaison d’Yves Montand avec Marylin Monroe. Simone Signoret choisira tout de même de pardonner son mari, qui restera son âme soeur jusqu’au bout. 

Engagements multiples

Simone Signoret s’est distinguée par ses engagements et sa défense des idées de gauche. Avec Yves Montand, elle achètera une propriété où ils feront venir les grands intellectuels de leur temps, comme Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir ou Jorge Semprun. Elle fut également proche du Parti Communiste. Toutefois, après une tournée (fort décriée) en URSS, elle se rend compte de la vraie vie des habitants et prend ses distances avec le mouvement. Mais elle continuera de s’engager. Elle signe un manifeste en faveur de l’indépendance de l’Algérie, tourne dans le film ‘L’Aveu’ de Costa-Gravas, qui dénonce le stalinisme ou affiche son soutien, peu avant sa mort, à l’association ‘Touche pas à mon pote’. 

Tous les prix possibles

Mais évidemment, Simone Signoret fut également une actrice reconnue de par le monde. En 1953, elle reçoit le BAFTA de la Meilleur actrice étrangère pour ‘Casque d’or’ (prix qu’elle remportera encore deux fois). En 1959, elle décroche cette fois le Prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour ‘Les Chemins de la haute ville’. Mais la consécration tombe l’année suivante, puisqu’elle remporte l’Oscar de la Meilleure actrice pour le même film. Simone Signoret devient ainsi la deuxième Française à recevoir pareil honneur. Elle ajoutera encore un César en 1978 (pour ‘La Vie devant soi’) et un Ours d’argent à la Berlinale 1971 (pour ‘Le Chat’).

Nina Simone et Benjamin Castaldi

Simone Signoret a marqué son époque. Ce n’est pas pour rien que l’une des plus grandes chanteuses de jazz de l’histoire a choisi son nom de scène pour lui rendre hommage. En effet, c’est après avoir vu l’actrice dans ‘Casque d’or’ qu’Eunice Waymon prend le nom de Nina Simone

Par ailleurs, la descendance de Signoret lui rendra aussi hommage. Ainsi, son petit-fils n’est autre que l’animateur français Benjamin Castaldi. Ce dernier grandira aux côtés de Simone, et publiera plusieurs livres consacrés à sa grand-mère et son mari Yves Montand.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top