Ces artistes belges qui ont d'abord cartonné à l'étranger

Musique | Stromae, Dimitri Vegas & Like Mike, Lost Frequencies, Balthazar... On savait déjà nos talents musicaux capables de s’exporter à l'international. Mais certains artistes belges ont d’abord percé à l'étranger avant de se faire connaître chez nous. Certains sont même quasiment tombés dans l’anonymat alors qu'ils ne cessent de tourner hors de nos frontières.

De Proximus

Partager cet article

Tsar B.

Avant de dévoiler ses talents de chanteuse au monde sous le pseudonyme de Tsar B., Justine Bourgeus fut violoniste pour Bear Run et School Is Cool. Elle a ensuite collaboré avec Oscar and the Wolf sur la reprise de ‘Back to Black’ qu'ils ont enregistrée pour la bande originale du film ‘Black’ d'Adil El Arbi et Bilall Fallah. C'est ainsi qu'elle s’est fait un nom à l’étranger. Noisey UK et The Fader ont diffusé son morceau ‘Escalate’, puis la BBC a présenté son deuxième single, ‘Myth’, à la radio.

En 2017, elle se produit en Amérique, où sa musique devient très populaire pour les chorégraphies, avant de partir en tournée dans toute l'Europe. Dans notre pays, elle commence seulement à être reconnue comme un vrai talent musical.



DJ F.R.A.N.K.

Au cours de l'été 2003, le tube ‘Summer Jam 2003’ était sur toutes les ondes. Le hit du groupe The Underdog Project, avec DJ F.R.A.N.K. aux platines, fut plus qu’un tube de l'été en restant pas moins de 21 semaines dans nos hit-parades. Mais le titre a également cartonné à l'étranger, notamment dans les clubs européens. F.R.A.N.K. a rencontré des stars mondiales comme Robbie Williams, 50 Cent et Beyoncé et connaît toujours un grand succès dans les plus grandes boîtes européennes.

Témé Tan

Tanguy Haesevoets
de son vrai nom est né au Congo et faisait régulièrement l’aller-retour entre Kinshasa et Bruxelles lorsqu'il était jeune. Après s’être installé à Bruxelles, il part étudier en Andalousie puis découvre le Japon et le Brésil. Partout où il passe, il s’imprègne de la musique locale et toutes ces influences se retrouvent dans sa musique. Il a tourné avec le duo allemand Milky Chance, est apparu sur la bande son du jeu vidéo FIFA 18 et fait danser l'Europe avec ses chansons qui sentent bon l’été, mais est encore trop peu mis en lumière chez nous. À la fin de l'année dernière, il a sorti la chanson ‘Motamo’ en duo avec l'artiste japonaise Maï Ogawa.

Tanaë

Tanaë, alias Shana Seminara, est l'une des nouvelles figures de proue du R&B belge. C’est grâce aux réseaux sociaux que la Liégeoise, influencée par des artistes comme Amy Winehouse, Lauryn Hill ou encore Billie Eilish, s’est fait connaître. Ses reprises de ‘One Dance’ de Drake et sa réinterprétation de ‘Barbie Girl’ d’Aqua ont fait le buzz, ce qui a permis à la jeune femme de rapidement se faire connaître hors de nos frontières.

Après un premier EP en 2018, elle présente un an plus tard ‘Talking To Myself’, son premier album. En janvier 2020, elle se produisait au festival Eurosonics aux Pays-Bas, un festival regroupant les artistes européens les plus prometteurs. Si l’artiste aux plusieurs millions de streams a écumé les festivals belges, son deuxième album, prévu pour la fin février, devrait lui offrir définitivement la reconnaissance qu’elle mérite chez nous.



Aborted et Evil Invaders

Il y a quelques années, le Kunstenpunt, un organisme flamand qui soutient le monde des arts, a enquêté sur les artistes belges qui s'étaient produits à l'étranger entre 2013 et 2017. Dans le top 10 des Belges ayant le plus de représentations internationales à leur actif, on retrouve des noms attendus comme Netsky et Dimitri Vegas & Like Mike, mais aussi, de manière plus surprenante des groupes comme Aborted et Evil Invaders. S’ils ont déjà figuré à l’affiche du Graspop et malgré leurs tournées dans le monde entier, ces deux groupes de metal belge restent largement méconnus chez nous.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top