BRYN, l'inévitable représentation d'un nouveau genre pop inclusif

Bryan Mugande, plus connu sous le nom de scène Bryn (à prononcer "brain"), est un ovni dans l'univers de la musique pop. Dans le cadre de 'See you in the next live', sorti de l'imagination de l'Ancienne Belgique pour la semaine de la musique belge, l'artiste bruxellois a accepté pour Proximus Pickx de se tourner vers l'avenir en évoquant notamment son combat personnel pour l’inclusion des personnes LGBT noires dans les débats de société.

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Depuis son plus jeune âge, Bryan Mugande l'a bien compris puisqu'il est constamment en avance sur son temps. En ce qui le concerne, la vie d'adulte a rapidement pris le dessus sur les préoccupations enfantines qui forgent pas à pas notre personnalité. Pourtant, à 21 ans seulement, le résident bruxellois, qui a tiré ses premières leçons au Rwanda, est encore dans un processus d'apprentissage.

Comme de nombreux jeunes, l'étudiant en communication à l'IHECS souffre de la situation actuelle qui le prive à nouveau de ses libertés fondementales. "C'est compliqué pour tout le monde", tempère Monsieur Mugande avec un réalisme froid. "Mais c'est vrai que c'est difficile de rester confiné pour un étudiant. Personnellement, je m'évade en regardant sur Youtube des concerts comme celui de Solange ou en profitant à distance avec des amis de festivals comme Lollapalooza", se livre celui qui vient seulement de sortir de l'adolescence.

La musique, bien plus qu'un refuge

Prisonnier de sa bulle sanitaire, Bryn trouve les clés de sa sagesse dans la musique. Il était donc tout naturel pour lui de répondre par l'affirmative lorsque l'Ancienne Belgique lui a proposé de participer au projet 'See you in the next live', dont l'objectif est d'aller de l'avant et de mettre notamment à l'honneur des prodiges de notre royaume. "Faire ça juste après mes examens, c'est une très bonne chose pour moi. Je vais à l'Ancienne Belgique depuis que je suis tout petit. Je me rappelle notamment d'être déjà allé dans les backstages pour un concert de la chanteuse Sigrid car j'étais arrivé très tôt et qu'ils avaient besoin de quelqu'un pour porter le matériel. Ici, c'est quelque chose de pouvoir monter sur scène. Ce sera évidemment encore plus beau quand il y aura du public mais c'est déjà très impressionnant."

Si rencontrer des artistes et se rendre à des concerts en ce moment n'est plus permis, le jeune auteur-compositeur, comme l'un de ses modèles Ed Sheeran, en profite pour tracer les contours de ses nouvelles chansons populaires afin d'appréhender le monde d'aujourd'hui. "Je ne fais pas de la musique pour m'échapper. Ma musique représente la réalité. Ce n'est pas de la fiction. Je raconte des histoires que je n'ai jamais vraiment racontées. C'est une extension de moi-même. On a besoin de parler pour un peu saisir ce qu'on vit. Je veux me confronter à cette histoire. Ma musique est personnelle et accessible à tout le monde."

Soldat pacifiste de la cause LGBT noire, Bryan Mugande est conscient que sa présence dans l'industrie est un changement en soi. "Ma musique peut apporter beaucoup de choses aux gens. Il faut que je me trouve une place à la table. J'ai envie d'être inévitable. Je veux devenir une évidence. Les professionnels de la musique se rendront compte que ça fonctionne. Des chanteurs comme moi peuvent être une représentation pour les personnes. Il y a un public pour ce genre d'artistes."

Résoudre le problème de la santé mentale

À travers les réseaux sociaux, Bryn cherche encore son public. Cette arme reste une bénédiction pour lutter contre la solitude et pour revendiquer les droits à l'égalité. Malheureusement, cette option simple est aussi à double tranchant. Elle peut mener, comme de nombreuses décisions rapides, à des dérives imprévisibles. "Nous ne sommes jamais vraiment seuls grâce aux réseaux sociaux. Il y a également beaucoup d'activistes pour les droits de l'égalité. Il faut toutefois trouver le bon équilibre et faire attention à sa santé mentale."

Beaucoup d'artistes puisent leur inspiration dans leur profond mal-être. C'est un secret de Polichinelle dans le milieu musical: l'ambition mène souvent à la dépression. "Je suis très dur avec moi-même", admet celui qui a enregistré à Glasgow son premier EP 'Middle 8' en 2018 après avoir travaillé jour et nuit pour financer son projet. "Dans la société, en général, on nous met en tête que notre but est de travailler. Assurer une certaine stabilité. Bien que tout le monde n'ait pas les mêmes ressources, les mêmes familles. En ce qui me concerne, je devrais être fier de ce que j'ai déjà accompli mais je réfléchis toujours à l'avenir. 'J'ai réussi mes études secondaires ? Faut que j'aie un diplôme du supérieur pour assurer mes arrières. J'ai sorti un EP ? Faut que j'en sorte un autre, sinon on va m'oublier. En se mettant jeune dans la vie d'adulte, on rate quelque chose. On se dit qu'on ne peut pas se permettre une autre alternative. Mais, le problème, c'est que quand on est trop occupé par la vie future, on ne se rend pas compte de ce qu'on accomplit dans le présent."

Par chance, l'époque actuelle permet de se pencher sur la santé mentale de chacun et d'ouvrir des horizons. À travers la multiplication des causes existentielles et égalitaires, la démocratie donne enfin le pouvoir, ou du moins la parole, au peuple. Bryn, de son côté, n'a pas hésité longtemps à s'en emparer et à exprimer son ressenti et ses craintes dans ses chansons mais aussi sur les réseaux sociaux. "C'est plus normal de penser comme ça maintenant. Il y a quelques semaines, par exemple, j'ai eu un moment plus difficile. J'ai simplement expliqué sur les réseaux sociaux que je n'avais pas le coeur à parler. C'est normal d'avoir une dépression, de l'anxiété. Je suis honnête avec mes fans. C'est une lourde charge de devoir toujours donner une partie de soi sur les réseaux sociaux. Toute ma carrière repose sur mon dos et mon utilisation de ma communication. L'ambition peut parfois être néfaste à la santé mentale quand on ne prend pas le temps de relativiser."

Appréciez ci-dessous le titre 'Other Boys', présent sur l'EP 'Middle 8' de Bryn. Vous en voulez plus ? Découvrez ici toutes ses chansons. Parcourez également son compte Instagram pour en connaître davantage sur son parcours.

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top