Le championnat du monde de cyclocross élites messieurs, dimanche à Ostende, est le premier grand moment de sport de l'année 2021 en Belgique. La cité, appelée à la Belle Époque, la "reine des plages et la plage des rois", est le cadre d'un formidable duel entre les deux plus grands champions actuels de la discipline, qui ont la particularité d'être devenus tout aussi brillants sur la route. Mathieu van der Poel et Wout van Aert, se sont partagé équitablement les six derniers maillots arc-en-ciel. L'espoir de tous les observateurs est qu'aucun incident technique ne fasse pencher la balance dans un camp, comme cela s'est produit dans certaines courses cette saison, et que le titre revienne au meilleur.
Même si la forme du jour joue son rôle, Wout van Aert et Mathieu van der Poel sont tellement bien préparés et au-dessus du lot que sauf gros incidents de course, leurs rivaux ne devraient pas être en mesure de déjouer les pronostics.
Le Belge et le Néerlandais ont tous deux 26 ans. Ils ont fait de ces Mondiaux l'objectif principal de leur saison dans les labourés avant de partir s'illustrer sur la route.
Plus explosif et technique, Mathieu van der Poel a conquis le maillot arc-en-ciel en 2015, 2019 et 2020. Wout van Aert, plus puissant et fort mentalement, est devenu champion du monde en 2016, 2017 et 2018.
Cette saison ils se sont retrouvés à huit reprises au départ d'un même cyclocross. Le Néerlandais s'est imposé à Baal, Namur, Hulst, Hamme et Heusden-Zolder. Van Aert a gagné à Termonde, Herentals et Overijse.
Raison pour laquelle le Sportif belge de l'année 2020 laisse l'étiquette de favori à son éternel rival. Certains estiment toutefois que le parcours ostendais n'est pas défavorable au champion de Belgique.
Les autres concurrents savent que, sauf accident, ils vont devoir se battre pour la médaille de bronze. Toon Aerts, Laurens Sweeck et Michael Vanthourenhout sont en première ligne, mais le Britannique Tom Pidcock, encore espoir à 21 ans et 2e l'an dernier à Dübendorf, pourrait très bien venir les coiffer au poteau. On suivra aussi avec curiosité le Tchèque Zdenek Stybar, troisième triple champion du monde au départ (2010, 2011, 2014), qui effectue à 35 ans sa réapparition pour l'occasion, sans réel espoir de se mêler à la course au maillot arc-en-ciel.
Plus tôt dans l'après-midi (13h30), les espoirs dames (U23) verront la Hongroise Blanka Kata Vas défier l'armada orange composée de Puck Pieterse, le championne d'Europe, Manon Bakker et Fem Van Empel.
Ces Mondiaux se déroulent sans public et avec l'observation de strictes mesures sanitaires en raison de la crise du coronavirus.