Les matchs de légende: le Ghana victime du miracle uruguayen

Le Ghana fut la grande révélation de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. A l’issue d’un quart de finale complètement fou contre l’Uruguay, les Black Stars voyaient une place historique en demi-finale leur filer entre les doigts.

Il y a un peu plus de dix ans, la Coupe du monde se déroulait pour la première fois de son histoire sur le continent africain. L’incroyable épopée du Ghana, véritable révélation du tournoi, fera vibrer le cœur de tous les Africains. La belle histoire a pourtant failli ne jamais avoir lieu. Si le Ghana est la seule nation africaine à s’extirper de sa poule, deuxième derrière l’Allemagne, il ne le doit en effet qu’à une meilleure différence de buts que l'Australie.

Mais galvanisés par les espoirs de tout un continent, les Black Stars vont écrire lors de ce Mondial l’une des plus belles pages du football africain. Après s’être défait des Etats-Unis (2-1 ap.) en huitième de finale, ils se retrouvent opposés à l’Uruguay, une autre belle surprise du tournoi. Avec un trio d'attaque exceptionnel composé de Luis Suárez, Edinson Cavani et Diego Forlán, c’est cette fois un plus gros morceau qui attend Kevin-Prince Boateng et consorts le 2 juillet à Johannesburg.

La main de Suarez

Après une première demi-heure timide, les Ghanéens reprennent du poil de la bête et retrouvent leur jeu vif et rapide. Ils ouvrent même le score en fin de première période, grâce à un missile à distance de Muntari. A la 55e, l’Uruguay s’en remet au talent de son attaquant Forlán pour rétablir l’égalité sur coup franc. Le match s'emballe, jusqu'à devenir complètement débridé. Mais le manque de précision et la fatigue emmènent les deux équipes aux prolongations. Alors que l’on se dirige tout droit vers la séance des tirs au but, le Ghana, plus frais que son adversaire, se voit offrir une opportunité en or à la 120e minute.

A la suite d’un cafouillage dans le petit rectangle uruguayen, Luis Suarez repousse miraculeusement du genou une frappe ghanéenne à bout portant, empêchant le ballon d’entrer dans le but laissé vide par Fernando Muslera. Pas pour longtemps, car le cuir revient une seconde plus tard via une tête rageuse de Dominic Adiyiah. Cette fois, le buteur de l’Ajax se mue en gardien de handball et repousse le ballon des deux mains. Carton rouge, penalty, Suarez quitte la pelouse en pleurs... Tandis qu'Asamoah Gyan a le destin de tout un continent au bout du pied. L’attaquant rennais s’élance, mais son tir heurte la transversale.

Cruel dénouement

La suite est cruelle: les Black Stars sont éliminés aux tirs au but (4-2) par la panenka de Sebastian Abreu. En demi-finale, la Celeste subira la loi des Pays-Bas, qui s’inclineront en finale contre l'Espagne.

“La main de Dieu, c'est moi qui l'ai maintenant”, plaisanta après le match Luis Suarez en comparant son geste, jugé héroïque par les uns et scandaleux par les autres, à celui de Diego Maradona lors du Mondial 1986. Pour son sacrifice à la nation, qui empêcha le Ghana de faire mieux que le Cameroun (1990) et le Sénégal (2002), eux aussi quarts de finalistes en Coupe du monde, Suárez fut honoré par le président uruguayen en personne.

De son côté, Asamoah Gyan, héros malheureux de cette soirée cauchemardesque, connut de longues semaines d’insomnies et fut durement critiqué à son retour au pays, allant jusqu’à recevoir des menaces de mort. Dix ans plus tard, ce rendez-vous manqué avec l'histoire n'a pas fini de hanter le peuple ghanéen.

Revivez également le match fou entre la Corée du Sud et l'Italie en 2002.
 
Une fois de plus… Dans le sport, tout est possible !

Info

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top