“Atlantique, latitude 41°” : le film qui a illustré le naufrage du Titanic

Ce lundi soir, dès 22h35, Arte vous donne rendez-vous avec le plus grand naufrage de l’histoire. Si toutes les théories, les complots, les rumeurs ont déjà circulé sur le Titanic, le film “Atlantique, latitude 41°” de Roy Baker propose une autre approche.

 

Reproduction fidèle

À sa sortie en 1958, le film de Roy Baker replonge les spectateurs 46 ans plus tôt. Le 14 avril 1912, le RMS Titanic sombre dans l’Atlantique après avoir heurté un iceberg. Le film est ambitieux. Il est décrit comme une excellente illustration du naufrage. Les équipes de tournage ont tenté de représenter au mieux la vérité historique des faits.

Aujourd’hui, la bande annonce nous rappelle sans aucun doute la version de 1997 de James Cameron. On y retrouve les personnages clés, les détails de cette nuit meurtrière, des effets spéciaux bluffants. Imaginez-vous 50 ans plus tôt. La tragédie n’est pas si vieille dans les esprits. On cherche encore les réponses à certaines questions.  À l’époque, le film de Roy Baker s’inspire d’un livre et de témoignages forts de plusieurs survivants. Cela lui a permis de reconstituer la nuit dans ses moindres détails, à quelques erreurs près. 

La fin d’une ère

Ce qui bluffe véritablement, c’est la manière dont cette tragédie est “décrite comme la fin d’un monde qui voue une confiance aveugle dans le progrès”, décrit la chaîne Arte. “S’étalent l’arrogance et le fatalisme d’une société de privilégiés, tandis que les voyageurs de la troisième classe, en grande majorité des immigrants, sont retenus prisonniers dans les étages inférieurs du navire en train de sombrer”.

De toutes les adaptations réalisées avant celle de Cameron il y a plus de vingt ans, celle de Roy Baker est sans aucun doute l’une des plus abouties. Il ne laisse pas autant de place à la romance, et opte pour une version plus historique. Comme un témoignage du passé qui refait surface pour la première fois.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top