‘Septante et un’, le jeu télévisé le plus ancré dans les habitudes des Belges ?

Depuis 2003, l’émission ‘Septante et un’ (RTL) anime nos débuts de soirées. Après 17 ans, plus de 4.500 diffusions, un seul présentateur, 400.000 spectateurs en moyenne et des centaines d’étonnants candidats, le jeu télévisé de culture générale séduit toujours. Comment expliquer une telle longévité dans nos habitudes quotidiennes ? 

Une recette qui marche

A l’origine, ‘Septante et un’ est inspiré d’une émission américaine. Le concept était sensiblement le même : un candidat répond à 10 questions et doit éliminer un public pour rafler la cagnotte. Le principe a été repris à de maintes reprises à la télévision (sur TF1, on peut par exemple citer ‘1 contre 100’, ou encore ‘Au Pied du Mur’). Mais aucun n’a remporté le même succès ni connu la même longévité que le show belge. Le concept du jeu n’a que très peu été adapté au fil des années, qu’il s’agisse des règles de celui-ci, des techniques qui l’encadrent ou du visuel de son plateau. Il semblerait que cette constance soit ce qui lui vaut une place centrale dans les habitudes de consommation des Belges, un public qui n’aime pas énormément le changement. A noter : l’émission est diffusée juste avant le journal télévisé le plus regardé de Belgique, ce qui, à la fois, lui offre une vitrine et prouve son succès en tant qu’accroche. 

L'étonnant côté humain

‘Septante et un’ doit sans aucun doute son succès à son côté humain. Si le concept ne change pas, les participants, eux, apportent toujours leur grain de sel à l’émission. Les candidats, leurs interactions avec Jean-Michel Zecca ainsi que leurs histoires font du jeu une véritable histoire humaine. Le présentateur lui-même a déclaré qu’il conservait précieusement des cartes postales, ou encore des faire-parts de mariage ou de naissance qu’il reçoit encore des joueurs. Des rencontres se sont même produites sur le plateau, ayant conduit à de fortes relations. Outre ce lien qui unit les candidats, on peut affirmer que ce contact humain se ressent aussi du côté des spectateurs. ‘Septante et un’ réunit, le jeu est léger, facile à regarder et accessible à tous. Transgénérationnel, il plait tant aux enfants qu’aux parents, si bien qu’il se regarde et se joue en famille. Pour beaucoup de Belges, l’émission représente un moment de partage et de connexion avec des êtres chers. 

L’humour de Jean-Michel Zecca

Si la formule de ‘Septante et un’ n’a pas changé au fil des années, c’est aussi le cas de son présentateur. Jean-Michel Zecca est le visage du jeu télévisé depuis ses débuts ! Il faut dire que sa personnalité, entre légèreté et humour, soutient parfaitement le concept de l’émission. Après plus de 4.500 diffusions, il déclare ne pas connaître la recette du succès de Septante et un. D’ailleurs, il n’était pas plus séduit que ça lorsque le concept lui a été proposé. Pourtant, il affirme ne pas se lasser de l’émission et continuer d’y faire des rencontres étonnantes ! Lors de la 1.000ème édition, lorsqu’on a demandé à Philippe Delusinne jusqu’à quand serait produit le jeu, il avait répondu "jusqu’à la retraite de Jean-Michel Zecca". Il semblerait qu’on en soit pas si loin ! 

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top