Le luthier Hilko Nackaerts partage sa passion dans 'Guitar Stories': "J'aime savoir comment quelque chose fonctionne"

Plusieurs des plus grands artistes du monde jouent sur une guitare façonnée par Hilko Nackaerts, un des rares fabricants belges qui en a fait son métier. Dans ‘Guitar Stories’, la série documentaire diffusée en exclusivité sur Pickx.be, le luthier parle de son amour pour l’instrument.

Qu'ont en commun Charlie Burchill, Chris Rea, Mike Oldfield, Roger Daltrey de The Who, Ruben Block de Triggerfinger et Sam Bettens de Simple Minds ? Ce sont quelques-uns des clients de Hilko Nackaerts, un fabricant de guitares vu dans ‘Guitar Stories’, la série documentaire de Chris Proesmans diffusée en streaming sur Pickx.be. Pour Proximus Pickx, Nackaerts a évoqué son métier. "Il y a beaucoup de fabricants amateurs, mais les professionnels se comptent sur une seule main.”

Pensez-vous aussi que le monde de la guitare peut attirer plus de gens?

Hilko: "Bien sûr, plus on est de fous, plus on rit. J'espère que les ‘Guitar Stories’ convaincront les gens de se procurer une guitare. C'est un passe-temps idéal, surtout en période de lockdown, pour éviter de devenir fou. Cela vaut pour les personnes qui apprennent à en jouer, mais aussi pour celles qui veulent les bidouiller. Cela apporte un peu de joie.”

Il n'y a pas beaucoup de luthiers professionnels dans notre pays.

Hilko: "Il y a beaucoup de fabricants amateurs qui restent sous le radar en Belgique. Construire des guitares est un hobby passionnant, mais il n'est pas facile de le faire de manière professionnelle. Nombreux sont ceux qui peuvent effectuer des réparations, mais les véritables fabricants se comptent sur une seule main chez nous. Je suis moi-même professionnel, mais je dois aussi partir en tournée avec des artistes pour joindre les deux bouts.”

"De nos jours, on peut en apprendre beaucoup sur la construction d'une guitare par voie numérique, mais ce n'est pas la bonne façon d'apprendre le métier. Il faut être un expert en menuiserie. Tout doit se faire au millimètre près et c'est plus précis que le travail de la plupart des menuisiers. Le bois est un produit naturel et vivant, ce qui ne facilite pas les choses. Il faut donc avoir une parfaite maîtrise du travail du bois pour devenir luthier. Et ce n'est qu'une des choses qu'il faut connaître, car il faut aussi pouvoir travailler avec le fer, les os et l'électronique. C'est un fameux apprentissage.”

Comment y êtes-vous arrivé?

Hilko: "Si vous êtes bon, cela se fait automatiquement. Vous aidez quelqu'un à résoudre un problème, il parle de vous, et au bout d'un certain temps, votre activité se développe. Mais gagner de l'argent, ce n'est pas évident. Les gens doivent d'abord apprendre à connaître votre travail en tant qu'amateur, et c’est à partir de là que cela doit évoluer.

"J'ai commencé quand j'avais 14 ou 15 ans. Je voulais apprendre à jouer et il y avait une vieille guitare dans notre grenier. Le pont s'était détaché et je l'ai réparé moi-même. Ce furent mes premiers pas. Pour moi, jouer et fabriquer sont deux choses qui ont toujours été liées. Cette vieille guitare en contreplaqué n'était pas très bonne, donc je me suis vite procuré une autre, que j’ai aussi un peu bricolée. Ce truc a toujours fait partie de moi, j'aime savoir comment quelque chose fonctionne. Dans ma jeunesse, j’ai même bricolé un peu trop frénétiquement".

Avez-vous déjà eu une guitare à laquelle vous ne vouliez rien changer?

Hilko: "Oui, c'est fréquent. Ce que je fais souvent maintenant, c'est une sorte de passeport de la guitare. Je mesure tout, comme la hauteur de la corde, la courbure du manche ... Et si c'est bon, alors ça va. Parfois, il faut dire à un client que la guitare est juste bien comme elle est. Tout n'est pas possible. Si quelqu'un me demande de faire sonner sa Fender Stratocaster plus comme une Gibson Les Paul, je lui recommande simplement d'acheter une Les Paul".

Possédez-vous davantage de guitares achetées ou fabriquées?

Hilko: "J'ai beaucoup de guitares. Certaines sont d’ailleurs cassées ou endommagées. Je me dis que je les réparerai un jour, quand je serai à la retraite. Donc jamais, en fait (rires). Mais je suis sûr que je possède plus de guitares que j’ai achetées. Les guitares que je fabrique, je les vends. Il y en a que je ne veux pas vendre, mais quand un client vient tester la guitare et que j'ai un moment de faiblesse, je le laisse repartir avec et j’en fabrique une nouvelle.”

"La toute première guitare que j'ai conçue, quand j'avais 17 ou 18 ans, appartient maintenant à Claude Perwez. En réalité, ce truc est presque injouable. Les premières guitares d'une série sont toujours assez prisées. Elles appartiennent par exemple à Simple Minds ou Ruben Block de Triggerfinger. Je m'entends bien avec tous ceux qui en possèdent une. Beaucoup d'entre eux accordent tellement de valeur à leur guitare qu'ils ne jouent dessus qu’à la maison, où ils sont certains de ne pas la perdre ou l’abîmer. Elles sont irremplaçables. Malheureusement, cela implique qu’on les voit peu (rires).

Chris Proesmans a osé construire une guitare pour la première fois pour ‘Guitar Stories’.

Hilko: "C'est vraiment incroyable qu'il ait osé faire ça. Au début, je lui ai dit: ‘Ne commence pas, parce que c'est beaucoup de travail’. Mais quand j'ai eu sa guitare entre les mains, elle s'est avérée bien meilleure que ce que je pensais. Ce fut une agréable surprise. C'était une vraie guitare, pas un jouet! Quand vous savez ce que cela implique, c'est un vrai exploit.”

En tant que luthier, c'est vraiment chouette de voir une série comme 'Guitar Stories'. Ce genre de chose n'existe pas encore vraiment à la télévision. On peut trouver beaucoup d'informations en ligne, mais c'est vraiment bien de voir naître une telle plateforme. Chris a réuni un panel d’acteurs du monde de la guitare et tout le monde est à la recherche du Saint Graal. On veut tous quelque chose de différent, mais globalement, il s'agit toujours évidemment de guitares. C'est vraiment bien de voir cela avec autant de détails".

Regardez 'Guitar Stories' en streaming sur Pickx.be.
Lisez ici l'interview du créateur du programme Chris Proesmans.
Lisez ici l'interview avec les guitaristes Guillaume Lamont et Cedric Maes.

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top