Pourquoi Marcelo Bielsa est-il surnommé "El Loco" ?

Qu'on l’adore ou qu’on le déteste, Marcelo Bielsa ne laisse personne indifférent, tant chez ses partisans que chez ses adversaires. Ce n'est pas pour rien que le coach argentin est surnommé "El Loco". Un sobriquet qu'il doit à ses nombreuses frasques.

Marcelo Bielsa a ramené le club mythique de Leeds United en Premier League la saison dernière pour la première fois depuis 16 ans, un exploit suffisant pour être déjà considéré comme une légende du club. Mais Bielsa ne régale pas que ses propres supporters, car il prône un jeu offensif avec une haute intensité qui ravit de nombreux observateurs.

Parmi ses méthodes d’entraînement, on retrouve notamment les fameux matches de “murderball”, qui se jouent à 11 contre 11 ( parfois 11 contre 10 ou 9) sans aucune interruption. Une façon d’optimiser le pressing et d'améliorer les capacités physiques de tous les joueurs.

Un poil impulsif

Cependant, l'ancien sélectionneur de l'Argentine doit son surnom "El Loco" à un événement survenu en 1992, lorsqu'il dirigeait les Newell's Old Boys, le club de sa jeunesse. Après une défaite 6-0 contre San Lorenzo en Copa Libertadores, plusieurs supporters furieux se sont rendus chez lui. Bielsa ne s'est pas caché et leur a ouvert la porte une grenade à la main. Il a menacé de retirer la goupille si les visiteurs ne sortaient pas tout de suite... Ce qu'ils ont fait. Selon la légende, Bielsa les a poursuivis en pyjama et leur a crié : "Alors, vous voulez encore parler maintenant?”

Un soir, ses joueurs ont un peu trop fêté un mariage, alors qu’un match était programmé le lendemain. Même si les Newell's Old Boys étaient déjà champions, Bielsa l’a très mal pris et a démissionné dans la foulée. Quant à son passage à la Lazio Rome, il fut éclair. Au bout de deux jours, il a jeté l'éponge, car certains engagements n’avaient pas été respectés...

Ramasser les déchets

Les anecdotes insolites de son aventure avec son club actuel de Leeds United sont déjà nombreuses. Par exemple, l’Argentin a déjà demandé à ses joueurs de ramasser les ordures pendant trois heures à Thorp Arch, le complexe d'entraînement du club, pour leur montrer combien de temps un supporter moyen doit travailler pour les voir à l'œuvre.

Il a également été au centre d'un “spygate”, lorsqu'un de ses espions a été pris en train de suivre l’entraînement de Derby County, son prochain adversaire. Dans une conférence de presse de 77 minutes, Bielsa a subtilement fait remarquer à la presse qu'il savait déjà tout sur l'adversaire. Il a également payé l'amende de 200.000 livres sterling (environ 220.000 euros) de sa propre poche.

Une autre chose sur laquelle ne transige pas l’Argentin est le fair-play. En avril 2019, Leeds dispute un match contre Aston Villa avec la promotion dans l’élite comme enjeu. Lorsque son équipe marque alors qu'un adversaire était resté au sol, blessé, le coach s’est fâché et a aussitôt demandé à ses joueurs de laisser les adversaires égaliser. Le match se terminera finalement sur un score de 1-1 et les dernières chances de promotion de Leeds partiront en fumée. Mais cela ne fera que renforcer la légende de Bielsa, qui reçut d'ailleurs le prix du fair-play de la FIFA pour cette décision.

Aux côtés du " Special One" (José Mourinho) et du “Normal One" (Jurgen Klopp), la Premier League dispose, avec "El Loco", d’une nouvelle sensation en bord de terrain cette saison...

Découvrez la série documentaire ‘Take Us Home : Leeds United’ sur Proximus Sports. La série est disponible pour tous les clients disposant de l'option Movies & Series. Si vous n'êtes pas client, vous pouvez la découvrir pour 0,99 € par épisode.

Premier League

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top