Le roster danois a conclu cette saison 2020 avec la manière en remportant ce week-end l’ultime tournoi d’une année atypique. Plus encore, les étoiles ont confirmé une règle aussi vieille que l’Histoire: il ne peut y avoir qu’un seul roi sur le trône.

Les phases finales de ces IEM Global Challenge Online étaient l’occasion rêvée de ponctuer cette année compétitive avec un menu des plus alléchant. Si les prétendants à la couronne étaient pour certains surprenants, le spectacle proposé n’aura pas déçu lors cette dernière manche du circuit ESL.

Na’Vi vs Astralis

C’était le choc de ces demi-finales. Ce qui aurait pu être un match de grande finale a délivré une opposition féroce entre les deux structures européennes. Astralis a donné le ton sur Inferno en remportant le premier side sur le score confortable de 5-10. Les choses se sont légèrement compliquées en deuxième moitié de round, où Na’Vi parvient à recoller à 13-15, avant de finalement s’incliner 13-16.

La Navi Nation était toutefois en marche au moment d’aborder Nuke. Le complexe nucléaire a été le témoin d’une seconde half à sens unique en faveur du roster russophone, malgré un premier side très serré.

Na’Vi enchainera sept rounds gagnants consécutifs, pour s’imposer 16-9 face à une équipe d’Astralis incapable de résister aux assauts d’un electronic particulièrement remonté avec un KAD final de 25/6/12.

Le destin de cette rencontre titanesque se jouerait donc sur Train. Visiblement boostés par leur performance sur Nuke, s1mple et ses coéquipiers s’emparent des trois premiers rounds, avec une mention spéciale pour Boombl4 et son zeus qui auront eu le don de tenir Astralis en respect.

A l’image d’un match tendu, la première half se solde par le plus petit avantage imaginable en faveur de Na’Vi.

Bien déterminé à récupérer son statut de numéro un, Astralis déroule sur le second side et enchaine les rounds gagnant pour mener 8-15. Dos au mur, Na’Vi réagit et s’empare de trois manches consécutives pour revenir à 11-15. Trop tard hélas. Astralis empoche le round gagnant quelques minutes plus tard et file droit en finale.

BIG vs Team Liquid

Sur le papier, la seconde rencontre de la journée semblait moins attrayante, bien que remplie de curiosité pour les observateurs. En effet, Liquid avait créé la surprise en parvenant à se hisser à ce stade du tournoi, malgré des pronostics jouant en la défaveur de l’équipe nord-américaine.

En face, BIG sortait d’une phase de groupe redoutable en parvenant à se défaire de Vitality et d’Astralis, alors tous deux pressentis comme les grands favoris du tournoi. Mais c’est bien Team Liquid qui confirmera que son statut de demi-finaliste ne devait rien au hasard.

Intraitable sur la première moitié d’Inferno, Liquid mène un match qui progresse à un rythme effréné. Malgré un sursaut de BIG, la performance d’EliGE aura raison de la structure allemande qui concédera la défaite sur un score final de 11-16.

La rencontre prendra une tournure similaire sur Nuke au terme d’un thriller haletant. BIG aborde cette deuxième carte en conquérant, à l’image de tabseN sur le round d’ouverture.

Les deux équipes se tiendront à un point d’écart après la première half, et iront même jusqu’à s’échanger des civilités lors des moments clés du match.

Mais la rencontre basculera définitivement en faveur de Liquid sur un 1v1 critique remporté par Grim face à XANTARES.

De là, la structure nord-américaine prendra l’ascendant sur une équipe BIG à bout de souffle en fin de partie, pour finalement s’imposer 14-16 et rejoindre Astralis en grande finale.

Le rouleau compresseur danois

Il s’agit probablement d’une des finales les plus expéditives jamais observées dans le cadre des IEM. Astralis n’aura laissé aucune chance de rédemption à Liquid, qui n’a jamais été en mesure de rivaliser avec les étoiles. La faute à un device à nouveau auteur d’une performance venue d’un autre monde. Le sniper du roster danois est le symbole d’une équipe en pleine ascension, qui cherche à retrouver sa gloire passée mais jamais essoufflée. Ses premiers coups d’éclat mettront Liquid à genoux sur Inferno, malgré un premier side disputé entre les deux équipes.

Mais la machine Astralis est lancée, et ne s’arrêtera que pour regarder Liquid s’emparer de quelques points désespérés. Si Inferno était l’entrée du menu nordique, Overpass faisait sans aucun doute office de digestif sans passer par la case plat de résistance. Avec une première half à sens unique en faveur d’Astralis (13-2), Liquid parviendra tout de même à recoller à 11-14, pour finalement s’incliner 11-16. Et si d’aucuns auraient pu y voir un sursaut d’orgueil de la part du roster nord-américain, c’était sans compter sur le “protocole device” enclenché sur Dust 2. Malgré un premier side plus disputé que sur la map précédente, notamment grâce à un EliGE décisif en short, Astralis et son arme secrète frapperont sans pitié pour sceller le destin de cette grande finale.

Les danois s’imposent 16-10 et s’emparent du titre sur un score final de 3-0, en un peu plus de trois heures de jeu à peine.

Rendez-vous en 2021 pour une nouvelle saison qui s’annonce passionnante à suivre, le tout sur Pickx où nos experts ne manqueront pas de vous faire vivre les grands événements de la scène compétitive CS :GO, aussi bien belges qu’internationaux !

Crédit visuel: © ESL