Les cinq plus beaux matchs des Diables de la décennie

Entre spectacle, exploits et désillusions, la génération dorée des Diables Rouges nous a fait vibrer ces dix dernières années. Proximus Pickx revient sur les cinq plus beaux matchs de notre équipe nationale depuis 2010.

Belgique - Autriche (4-4)

Des buts à la pelle, un scénario incroyable, les premiers pas de la génération dorée… Le partage fou contre l’Autriche en octobre 2010, dans le cadre des qualifications pour l’Euro 2012, est entré dans la légende de notre équipe nationale. Après des défaites contre l’Allemagne et la Turquie, les troupes de George Leekens doivent absolument gagner pour ne pas être déjà larguées. Emmenés par le duo d’attaque genkois Vossen-Ogunjimi, les Diables font parler leur puissance offensive, mais sont trop friables derrière.

Alors que la Belgique est menée 2-3, Ogunjimi (87e) et Nicolas Lombaerts (90e) vont faire exploser le stade Roi Baudouin en trois minutes. Un peu trop naïfs, les Diables se font rejoindre dans les dernières secondes et laissent filer la victoire, ainsi qu'une partie de leurs chances de participer à l'Euro 2012. Malgré l'énorme déception, ce match spectaculaire a fait vibrer les supporters belges, qui se sont mis à nourrir de nouveaux espoirs pour le futur de l’équipe nationale.

Croatie - Belgique (1-2)

Douze ans que notre pays attendait ça! Par une soirée pluvieuse d’octobre 2013 à Zagreb, les Diables Rouges n’ont pas manqué leur rendez-vous avec l'histoire. Titularisé par Marc Wilmots en l’absence de Christian Benteke, Romelu Lukaku profite de l’occasion pour s’ériger en héros de la soirée. L’attaquant d’Everton signe un doublé en un peu plus de 20 minutes pour valider le ticket des Diables pour la Coupe du monde et envoyer le peuple belge au septième ciel. La Croatie, sonnée, sauvera l’honneur par Niko Kranjcar, mais trop tard pour gâcher la fête belge. La Belgique terminera sa superbe campagne invaincue avec un bilan de 26 points sur 30.

Belgique - Etats-Unis (2-1 ap)

Rarement un match de la Belgique aura généré autant de stress chez ses supporters. Au Brésil, nos Diables sont les grands favoris du huitième de finale contre les Etats-Unis. Comme à leur habitude, les Belges se portent vers l’avant et multiplient les assauts. Mais Origi, Hazard, Mirallas et De Bruyne butent invariablement sur Tim Howard. Le portier américain réalisera le match de sa vie (16 arrêts!) et constituera pendant longtemps le cauchemar de tout un peuple. Dans les arrêts de jeu, les USA gaspillent une occasion cinq étoiles et loupent le hold up parfait. En prolongations, la délivrance viendra des pieds de De Bruyne, sur la… 32e (!) tentative belge, puis Lukaku, monté au jeu.

Mais il était écrit que cette partie devait se terminer dans le stress. A la 107e, un but de Julian Green redonne espoir aux hommes de Jürgen Klinsmann, avant que Jones et Yedlin passent à deux doigts d’arracher une séance de tirs aux buts à laquelle peu de monde aurait survécu.

Belgique - Japon (3-2)

Les Diables aiment décidément se faire peur en huitième de finale de Coupe du monde. Quatre ans après les Etats-Unis, ce sont les Japonais qui ont bien failli réduire à néant les grandes ambitions que nourrissait la Belgique en Russie. Peu inspirée, la Belgique ne trouve pas la faille contre un adversaire bien organisé. Pire, les hommes de Roberto Martinez se font prendre à leur propre jeu: le contre. Haraguchi fait 0-1 au retour des vestiaires, puis Inui se charge de doubler la mise et plonge les Diables dans une situation extrêmement délicate.

La suite appartient à l’histoire: un but improbable de Vertonghen, un coup de tête salvateur de Fellaini et bien sûr un contre supersonique initié par Courtois et conclu par Chadli, au bout du suspense. Profitant, il faut bien l’avouer, d’une certaine naïveté des Japonais, la Belgique signe l’un des plus beaux come-back de l’histoire de la Coupe du monde.

Belgique - Brésil (2-1)

La voilà, cette fameuse victoire de notre génération dorée contre une grande nation du football. Boostés par leur remontada contre le Japon, les Diables vont réaliser un exploit historique contre le Brésil, grand favori à la victoire finale. Courageux et létaux en contre, les coéquipiers d’Eden Hazard, en feu ce soir-là, résisteront jusqu'au bout aux assauts des Brésiliens, après les avoir surpris avec un auto-but forcé par Kompany et une frappe tendue de Kevin De Bruyne. Tout aussi impérial, Thibaut Courtois ne pourra pas empêcher la réduction du score par Renato Augusto à un quart d'heure du terme. S'ensuit une fin de match irrespirable et une ultime parade de Courtois sur un tir de Neymar, qui permet aux Belges de valider leur ticket pour une demi-finale de Coupe du monde pour la première fois depuis 1986.

Diables Rouges

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top