2 victoires en 10 matchs, un fond de jeu inexistant, des joueurs en méforme… Les dernières semaines de Philippe Montanier à la tête du Standard sont très compliquées. De quoi commencer à se demander s’il est l’homme providentiel.
A la fin de la saison dernière, le Standard disait au revoir à Michel Preud’homme le coach (celui-ci restant directeur sportif et vice-président) et accueillait Philippe Montanier à sa place. Le Français arrivait avec une belle carte de visite, que ce soit à Lens ou à la Real Sociedad. Mais 6 mois après son arrivée, le conte de fées tourne au vinaigre : les résultats ne suivent pas.
 
8e en championnat (avec une série en cours de 5 matchs sans victoire) et éliminé tristement en Europa League (4/18), le Standard ne réalise pas une grande saison. Tout doucement, certains commencent à s’agacer du coach français. Le déplacement des Rouches à Courtrai ce mercredi sera-t-il un match à risque pour Philippe Montanier ? En cas de contre-performance, le vent pourrait bien commencer à tourner.
 
Manque d’idées

6 mois après son arrivée, ce qui frappe le plus avec le Standard de Montanier, c’est l’absence de plan de jeu précis. Regarder un match du Standard, c’est regarder une équipe sans idée qui, quand elle a le ballon, ne sait jamais trop comment l’exploiter. Le rôle des joueurs est flou, à l’exception de Raskin, Bastien, Bokadi et Vanheusden (remplacé par Dussenne depuis sa grave blessure). Sur le plan offensif, le Standard avance dans le brouillard.
 
Quand ils sont alignés, des joueurs comme Amallah, Carcela, Oulare, Avenatti ou encore Lestienne semblent livrés à eux-mêmes. Que ce soit dans les courses, dans les lignes de passes ou dans les décrochages, rien ne semble cohérent. Au petit bonheur la chance. Rien d’étonnant finalement à ce que le club ait toutes les peines du monde à marquer de plein jeu.
 
Un noyau limité

Des problèmes qu’on voyait déjà sous MPH. Ce n’est toutefois pas étonnant qu’ils persistent, le noyau n’ayant pas évolué. La campagne de transferts du Standard a été très discrète alors même que les problèmes affichés étaient nombreux. Rien n’a véritablement été résolu. Philippe Montanier n’est donc pas aidé par un noyau aux qualités limitées, en particulier en attaque. Sans parler des joueurs qui sont aujourd’hui en méforme, à l’image de Lestienne, Carcela, Bastien ou Gavory qui pourrait bien finir par sauter au profit d’un Laurent Jans pourtant loin d’être une star.
 
Le Standard espérait probablement que Montanier puisse magnifier ce groupe. Une manière de se dire que, non, les transferts effectués dans le passé n’étaient pas des erreurs. Force est de constater que le Français n’apporte pas vraiment de plus-value à ce groupe. De là à en conclure que les choix sportifs du Standard étaient à côté de la plaque, il y a un pas qu’on peut faire sans peur.
 
Changement de coach ?

Certains supporters commencent à se demander s’il ne faudrait pas changer d’entraineur. Les résultats ne sont pas bons et la chute au classement risque de se prolonger. Imaginer le Standard hors du top 8 (et donc d’une potentielle qualification européenne) à l’issue du mois de décembre ne relève pas de l’utopie. Le déplacement de ce mercredi à Courtrai est plus que piégeux et risque de faire mal. Pour autant, balancer Montanier serait-il une solution ? Certes il n’apporte pas assez, mais la qualité insuffisante du noyau est trop importante. Difficile de voir quels joueurs non-alignés pourraient amener plus sur le terrain aujourd’hui.
 
Reste qu’un changement de coach, c’est aussi provoquer un électrochoc au sein du groupe. Lui faire comprendre que les choses ont atteint un point critique. Un nouveau coach, c’est de nouvelles idées, de nouvelles approches… et à l’approche d’un mercato qui sera capital pour le Standard, il est peut-être préférable d’avoir un coach qui s’implique dedans… et donc ne pas trop attendre pour éventuellement changer. Le Standard est en crise, ne tournons pas autour du pot, et ce match au KVK sera décisif pour la suite de l’ère Montanier.
 
Suivez la Jupiler Pro League tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Pro League, disponibles dans le forfait All Sports de Proximus Pickx.
 
Le service Proximus Pickx propose sur son app (Android & iOS) et sur le web un nouveau mode « interactif ». Grâce à cette nouvelle fonctionnalité, vous pouvez, lors de la diffusion des différentes rencontres, découvrir les compositions des équipes, analyser les statistiques du match ou encore retrouver l’historique des rencontres entre les deux clubs en un seul clic. Mais surtout, le lecteur vidéo interactif vous permet de revivre à votre guise les plus belles actions du match instantanément, en utilisant la molette digitale présente sur la droite de l’écran. Grâce à ces nouvelles fonctionnalités, vivez les exploits de votre équipe favorite comme nulle part ailleurs.