Les Danois ont dû batailler ferme pour remporter la victoire face à mousesports au terme d’un double overtime dantesque.

3-1. C’est le score final sur lequel s’est achevée la grande finale de ces DreamHack Masters Winter 2020 EU dimanche soir. Mais ne vous y trompez pas, le duel entre mouz et Astralis fut d’une rare intensité. Il faut dire que les deux équipes nous avaient déjà donné un avant-gout de leurs intentions lors des demi-finales disputées la veille.

GODSENT vs mousesports

Les mouz affrontaient alors une étonnante équipe de GODSENT, bourreaux d’Heroic en quart. Les joueurs de la structure suédoise ont d’ailleurs un moment entrevu la lueur d’une qualification pour la finale. Vainqueurs de leur map pick sur Nuke, ils s’offrent ensuite le luxe de mener 13-10 sur Mirage au terme d’une série de rounds extrêmement solide. C’était sans compter sur le Deagle de Bymas.

Auteur d’un quadra kill phénoménal en situation d’économie, le lituanien débloque définitivement la manche en faveur de mouz. La structure d’Hambourg enchaine alors six rounds victorieux consécutifs, pour finalement s’imposer 13-16.

La qualification se jouerait donc sur la troisième map. Battus de peu sur Mirage, les joueurs GODSENT approchent l’enfer d’Inferno avec conviction et s’emparent des sept premiers rounds sans trembler. Cependant, un air de déjà vu ne tarde pas à souffler sur cette manche décisive. Dos au mur et le compteur encore vierge de rounds, les mouz réagissent enfin et parviennent à contrôler le site A pour s’emparer de leur premier point, pour ensuite mener 7-8 au terme de la première half.

De là, ils ne concéderont que trois rounds supplémentaires à l’adversaire et s’imposeront sur un score final de 10-16.

Astralis vs Furia

Les choses se sont révélées être plus directes concernant la seconde demi-finale de la journée entre Astralis et Furia. Avec une line-up à nouveau au complet, les danois n’ont fait aucun cadeau à leur adversaire. Monstrueux sur Overpass, ils remportent la première map sur un score sans appel de 16-7, avant de poursuivre sur Nuke avec un changement de roster pour le moins surprenant. Xyp9x laisse sa place à son compatriote Bubzkji, qui ne tarde pas à donner raison à cette décision stratégique.

Le rouleau compresseur Astralis est en route et s’impose à nouveau sur le lourd score de 16-6.

Une finale vertigineuse

Vu les performances affichées par les deux prétendants à la couronne, la finale promettait d’être passionnante. Les choses ont toutefois mal commencé pour mouz. Rapidement menés sur Train, karrigan et ses pairs ont dû faire face à un device déchainé, alors titulaire d’un KAD de 16/0/0 au terme du huitième round seulement.

Mouz parviennent toutefois à riposter momentanément et empochent cinq points après la première half. Mais la machine Astralis est lancée et ne s’arrêtera plus. Les Danois s’imposent 16-5 et s’emparent par la même occasion du map pick de mouz pour débuter cette finale.

Si l’on pensait voir Astralis dérouler sur Inferno et accroitre leur avance, le retour de flammes a été plus que violent pour les étoiles. Bien décidés à reprendre leurs marques dans ce match au sommet, les joueurs de mouz ont proposé ce qui doit être l’une des performances les plus solides du tournoi, notamment dans le chef de Bymas, qui en a profité pour signer son premier ace en compétition officielle.

Avec une première half cloturée sur un score de 12-3, les mouz ne lâchent rien et s’imposent 16-3 sur le pick d’Astralis.

La pression commence à se faire sentir sur Nuke. Comme contre Furia, Astralis décide d’aligner Bubzkji, auteur d’un match très convaincant contre les Brésiliens. Mais l’homme en forme de cette finale reste device, qui remporte plusieurs manches décisives pour son équipe.

Les deux camps s’échangent round pour round dans des affrontements sans merci, où chaque décision est lourde de conséquences. C’est finalement Astralis qui s’impose 16-13 et prend la tête de cette grande finale.

La quatrième manche de la soirée prenait place sur Vertigo. Il s’agissait d’un moment clé du match, où la victoire de l’un mettrait fin aux espoirs de l’autre. L’enjeu était donc de taille pour les deux équipes. Et la pression également.

Astralis entre rapidement dans son sujet et porte son avance à 9-3 après le douzième round. Mais c’est devenu une habitude pour mouz dans ce tournoi, il suffit d’une étincelle pour que les joueurs de la structure allemande retournent la situation à leur avantage. Et c’est exactement ce qu’ils font en enchainant huit rounds victorieux consécutifs. Visiblement déstabilisés par la vitesse d’exécution de mouz, les danois doivent également gérer un frozen un temps incontrôlable. A l’instar de device sur Nuke, le slovaque signe plusieurs points décisifs pour les siens, et cause des dégâts qu’Astralis a du mal à encaisser.

Les étoiles parviennent toutefois à égaliser à 14-14, avant de prendre l’avantage sur le round suivant. Désormais seuls face à leur destin, les joueurs mouz n’ont pas le choix : ils doivent gagner ce round pour rester dans la course. C’est chose faite grâce à Bymas qui remporte un duel décisif face à dupreeh. Les deux équipes se dirigent alors vers un overtime aussi intense que chaotique. Les mouz prennent l’avantage dès le round d’ouverture avec frozen, et étendent ensuite leur avance à 17-15.

Astralis réagit et remporte les trois rounds suivants, avant de voir l’adversaire à nouveau recoller au score sur un round d’une intensité rare.

Les deux équipes se rendent coup pour coup et plongent dans un second overtime, avant de voir un problème technique interrompre la rencontre durant une bonne demi-heure. Cette pause involontaire semble toutefois bénéficier à Astralis, qui s’empare alors des deux rounds à la reprise pour finalement décrocher le titre.

Ce retour sur la plus haute marche du podium récompense une performance de haute volée de la part d’Astralis, qui empoche également les 60 000 dollars de cash prize prévus pour les vainqueurs, ainsi que 400 points supplémentaires à leur compteur ESL Pro Tour.

De quoi mettre en confiance avant les IEM Global Challenge 2020, prévus du 15 au 20 décembre prochain.

Crédit visuel : DreamHack