Le DJ Milo Savic rend hommage à la culture avec #stillalive

Déjà neuf mois que le secteur culturel est totalement à l’arrêt en raison des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus. Des lieux emblématiques, des organisations et des travailleurs se meurent lentement… mais pas dans le silence ! Le DJ bruxellois Milo Savic leur rend hommage à travers un clip 'choc' #stillalive. Pour ne pas les oublier, soyons solidaires.

Neuf mois que le secteur culturel a dû fermer ses portes, partiellement ou intégralement. De longs mois sans art, sans musique, sans fête, sans magie, sans étoiles dans les yeux, sans rêver et sans vibrer. Cela fait bientôt un an que plusieurs pays sont privés de tous ces plaisirs. Pas essentiels? Bien sûr que si: pour la santé mentale, pour le stress, pour la joie de vivre, pour les sourires, pour le bonheur… Pour la vie !

Une voix

Le DJ et producteur bruxellois Milo Savic ne l’entend pas ainsi. Grâce à #stillalive, il décide de faire entendre la détresse du monde culturel. Il rend un hommage percutant à l’horeca, au secteur événementiel, culturel et festif en filmant une cinquantaine d’endroits emblématiques complètement vides. 'Toujours en vie' #stillalive, malgré cet abandon: voilà le message du clip vidéo de l’artiste.

En collaboration avec la chanteuse Nephtys, le violoniste Ollin Kan, le chorégraphe Louis-Georges Glendza, et grâce à la mise scène de Clémence Nicolas et à la réalisation de Thomas Basteels, Milo Savic compte porter la voix du secteur culturel et, ainsi, créer une chaîne de solidarité nationale. Par son clip, le DJ espère réveiller les consciences et encourager le secteur à se battre pour assurer son avenir.

50 lieux emblématiques

La liste des lieux aujourd'hui en difficulté est évidemment longue. Milo Savic s’est penché sur ceux qui sont connus de tous les Belges: les salles de concert comme le Sportpaleis d'Anvers, le Palais 12 à Bruxelles, Forest National ou encore Cirque Royal; les salles de spectacle comme les Halles Saint Géry et le Kings of Comedy; les discothèques telles que le Bloody Louis, La Rocca, le Fuse, le Doktor Jack ou le Versuz. Sans oublier évidemment les restaurants, bars et cafés comme le Bar d'Ixelles, le El Café, l'Impérial, La Place, le Loft, le Miroir, le Wolf Brussels et bien d’autres.

Bref, une cinquantaine de lieux culturels pour représenter la multitude d'entre eux aujourd'hui vidés de leur public. Peut-être à tout jamais pour certains qui seront contraints de mettre la clé sous la porte. 

Solidarité

C’est avec des notes et des paroles poignantes que le DJ appelle à la solidarité pour faire revivre ce secteur qui "se réinvente chaque jour pour perdurer". "Malgré toutes les contraintes, on continue à créer dans un système global où on est n’est pas la priorité. Mais de là à ne pas être considéré, c’est juste du mépris", déclame la chanteuse Nepthys.

Pour soutenir ces "millions de personnes qui perdent espoir en notre présent et en notre futur", ces "millions de personnes dont le regard n’a plus d’éclat alors qu’ils travaillent dur", il faut faire preuve de solidarité et encourager les travailleurs du secteur culturel durement touché par la crise. "C’est à la sueur de notre front qu’on va vous prouver qu’il n’y a pas de raison de tout arrêter"!

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top