À l’occasion de la « Tomorrowland – One World Radio Made in Belgium Week », découvrez les artistes belges les plus emblématiques de la dance music

Fans de musique et, plus spécialement, de beats made in Belgium, ne manquez pas ce qui suit. Pendant la semaine du 30 novembre au 6 décembre, vous qui aimez vous trémousser au rythme de la dance music belge, n’hésitez pas à vous brancher sur One World Radio, la station de radio en ligne de Tomorrowland, afin de découvrir le meilleur de la scène dance belge.

Made in Belgium

Grâce à une programmation qui doit permettre aux critiques les plus coriaces de revoir leur copie, cette semaine promet d’être vraiment spéciale. Avec « Made in Belgium : Bonzai Records », vous revivrez avec nostalgie l’épopée du légendaire label qui a produit plus d’un classique de la dance belge. Et vous aurez en outre droit, deux heures durant, à un show inoubliable avec, aux commandes, des cadors de la table de mixage tels que, entre autres, Yves Deruyter, Push, Marco Bailey, Phiphi et Bountyhunter. Sans oublier le fameux hymne « Thunderball ». Tout un programme !
Du passé au présent, il n’y a qu’un pas. « Belgian Future 4 » mettra à l’honneur Double Pleasure, Sem Thomasson, Siege et Farrago, quatre artistes belges qui font la pluie et le beau temps en matière de dance. Une chose est sûre : les fans de musique ne seront jamais rassasiés !
Et que dire d’un mégamix regroupant les 50 meilleurs titres du « One World Radio-top 100 », diffusés sur « Made In Belgium Anthems mix » ou « The Underground Sound of Belgium » ? Pour ceux qui privilégient les prestations live, Lost Frequencies, de son vrai nom Félix De Laet, sera sur scène en direct du Palais Royal.
Ce sera, à n’en pas douter, une semaine magique avec, toutes les heures, 5 disques iconiques made in Belgium, racontés avec talent par des commentateurs avertis.

Visitez le site oneworldradio.tomorrowland.com ou téléchargez l’app via Google Play ou dans l’App Store !

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top