Mission accomplie! Les Diables Rouges participeront au Final Four de la Ligue des Nations l'année prochaine grâce à leur victoire 4-2 contre le Danemark. Que retenir jusqu’ici de la campagne belge de Ligue des Nations?
Davantage de maturité

Lors de la Coupe du monde 2018, les Diables Rouges ont conquis le cœur de tous les fans de football. Après leur troisième place, beaucoup de médias étrangers les ont d’ailleurs surnommés les “champions du monde du beau jeu”. Dans cette Ligue des Nations, cet aspect était un peu moins présent. "On s'est amélioré collectivement", a déclaré Thorgan Hazard après le match contre le Danemark. "On sait qu'on a plus de chances d'aller loin dans les tournois en gardant le zéro. On ne l'a pas fait aujourd'hui, mais on a défendu tous ensemble, collectivement. Et avec les joueurs qu'on a devant, on sait qu'on va marquer presque à chaque match".

Le sélectionneur national Roberto Martinez est également devenu plus flexible dans ses plans tactiques. "On peut jouer de différentes manières, c’est aussi une manière de gagner quand il le faut vraiment", résume Romelu Lukaku. "Je trouve qu’on a bien progressé défensivement ces derniers temps mais aussi qu’on a appris à gagner différemment, parfois en souffrant, en laissant la possession à l’adversaire et en se montrant plus réalistes via les contres.” Se montrer intraitable derrière et clinique à la finition est certainement une leçon apprise par les Diables après la désillusion vécue en demi-finale de la Coupe du monde contre la France.

Des joueurs qui s’affirment

Les Diables Rouges avaient parfois du mal à pallier certaines absences. Si les Belges seront évidemment encore plus forts avec un Eden Hazard au meilleur de sa forme, sa récente indisponibilité n’a pas handicapé l’équipe outre mesure. Les absences ont d'ailleurs permis à certains joueurs de montrer qu’ils avaient franchi un palier. C’est surtout le cas de Jason Denayer, qui a repris avec assurance la place de Vincent Kompany en défense, mais aussi de Youri Tielemans.

Le Bruxellois de 23 ans a montré qu'il était prêt à jouer un rôle plus important avec les Diables. Lors des trois derniers matches auxquels il a participé, il a eu une grande influence sur le jeu, délivrant une passe décisive et ouvrant le score à deux reprises. "Youri a des qualités de meneur de jeu. Il est très intelligent et joue toujours vers l’avant. C'est un grand talent et il a la personnalité pour devenir un leader de l'équipe nationale dans le futur", a déclaré Roberto Martinez à son propos après le duel contre le Danemark.

Intraitable à domicile

Les Diables Rouges n'ont pas concédé le moindre point à domicile dans la compétition, l'Islande, le Danemark et l'Angleterre étant chacun repartis les mains vides de leur déplacement en Belgique. Même sans public, les Diables ont donc profité pleinement du fait de jouer à domicile. Outre la Belgique, l'Italie, la France et l'Espagne se sont qualifiées pour le Final Four. Dans ce trio, seule l'Espagne est parvenue à signer un 9 sur 9 à la maison. Elle particulièrement impressionné avec sa victoire écrasante (6-0) sur l'Allemagne.